SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 26 November 2022, Saturday |

Quels sont les dossiers qu’ils ont abordés dans les conversations téléphoniques ?

Le président français Emmanuel Macron et le président russe Vladimir Poutine ont discuté des problèmes en Libye et en Ukraine et de la situation au Haut-Karabakh, lors d’une conversation téléphonique entre les deux présidents vendredi.

Le Kremlin a indiqué que les deux présidents ont affirmé « leur volonté de continuer à aider à activer le processus politique avec la participation de toutes les principales forces libyennes ».

Le président Poutine a informé son homologue français de la mise en œuvre de l’accord tripartite sur le Haut-Karabakh.

Le président russe a noté qu’il faut « une plus forte participation des partenaires européens, notamment de la France, à la résolution des problèmes humanitaires de la population dans les régions touchées par les conflits ».

Concernant la crise ukrainienne, les deux présidents ont appelé à « la relance du processus de négociation en vue de la mise en œuvre des accords de Minsk, qui étaient et restent la seule base d’un règlement » dans le Donbass, au sud-est de l’Ukraine.

Le communiqué ajoute que « le président russe a évoqué les mesures destructrices de Kiev qui ont conduit à la frustration des efforts déployés, y compris dans le cadre du Quatuor de Normandie ».

L’accent a été mis sur la nécessité pour les autorités ukrainiennes de mettre en œuvre leurs obligations et, surtout, d’établir un dialogue direct avec Donetsk et Lougansk et de déterminer le statut juridique particulier de la région du Donbass.

Poutine a également informé Macron des résultats du sommet russo-américain de Genève le 16 juin.

Les deux présidents ont accordé « une attention particulière aux questions de stabilité et de sécurité en Europe », et ont échangé sur les perspectives de développement des relations entre la Russie et l’Union européenne, comme la nécessité de « résoudre des questions urgentes telles que la cybersécurité, la lutte contre le terrorisme international, les soins de santé, le climat et le règlement des conflits régionaux, ce qui contribuerait à créer des relations constructives et prévisibles entre la Russie et l’Union européenne. »

Poutine a souligné que « la Russie est prête à cela s’il y a un intérêt qui est réel, de la part de l’Union européenne. »