SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 February 2023, Friday |

Raissi : Les émeutiers seront poursuivis et punis

Les manifestations se poursuivent depuis septembre dans les rues iraniennes suite à l’assassinat de la jeune femme, Mahsa Amini, par la police des mœurs, alors que les autorités utilisent tous les moyens pour limiter les manifestations comme l’assassinat et l’arrestation, la torture et l’exécution.

Vendredi, le président iranien, Ebrahim Raissi, a menacé ceux qu’il qualifie d’ « émeutiers » et les responsables de la mort des forces de sécurité dans le pays, à la lumière des manifestations qui se déroulent dans le pays à la suite de la mort d’Amini, après son arrestation par la police des mœurs à Téhéran pour ne pas avoir respecté le code vestimentaire strict en vigueur dans la République islamique en septembre dernier.

Il a insisté sur la poursuite de l’identification des « fauteurs de troubles », affirmant qu’ils seraient « sévèrement poursuivis et punis », selon l’agence de presse Tasnim.

Ces déclarations interviennent alors que les condamnations internationales et des droits de l’homme ne se sont pas apaisées depuis hier matin, jeudi 8/12/2022, après que les autorités iraniennes ont annoncé l’exécution du jeune homme, Mohsen Shekari.

Ces condamnation interviennent après que le pouvoir judiciaire iranien ait exécuté le jeune Shekari, accusé d’avoir utilisé une arme blanche dans l’intention de tuer, et d’avoir incité à la terreur et privé les gens de leur liberté et de leur sécurité, en blessant un membre du Bassidj qui était en mission, et en troublant l’ordre et la sécurité de la société.

Mais en fait, la victime n’a tué personne, mais a plutôt blessé un membre du Bassidj lors de sa participation aux manifestations, et c’est pourquoi il a été exécuté.

Il convient de noter que l’Iran connaît des mouvements de protestation depuis la mort de la jeune femme kurde iranienne de 22 ans, Mahsa Amini, après son arrestation par la « police des mœurs » le 16 septembre pour avoir violé le code vestimentaire strict en vigueur en Iran.

Il convient de noter qu’un commandant des Gardiens de la révolution a annoncé la semaine dernière que plus de 300 personnes avaient été tuées lors des troubles, dont des dizaines de membres des forces de sécurité. Des milliers de personnes ont également été arrêtées.

    la source :
  • alarabiya