SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 February 2023, Tuesday |

Raissi : L’Iran ne lie pas son économie aux négociations nucléaires

Le président iranien Ebrahim Raissi a déclaré dimanche que Téhéran s’engage à respecter ses promesses concernant le dossier nucléaire, mais que la crise se situe au niveau des Etats-Unis et de l’Europe.

Raissi a souligné que son pays ne lie pas son économie aux négociations nucléaires, affirmant que la politique étrangère de l’Iran a une large interaction avec le monde, selon « AFP ».

L’agence de presse Fars a également cité les propos de M. Raissi : « Nous ne lions pas l’économie du pays aux négociations nucléaires… Nous sommes attachés à ce que nous avons promis, mais l’Amérique et les Européens sont en crise dans leur prise de décision. »

Et l’Iran a annoncé qu’il avait besoin de milliards de dollars d’investissements pour stimuler la production des champs pétroliers partagés avec l’Irak le long de sa frontière sud-ouest.

« Nous avons besoin d’investissements d’environ 11 milliards de dollars pour développer la deuxième phase des champs d’Azadegan Nord et de Yadavaran, ainsi que d’Azadegan Sud et de Yaran », a déclaré Mohsen Khojastehmer, nommé en septembre à la tête de la Compagnie nationale iranienne du pétrole, dans un communiqué publié sur le site Internet de la compagnie.

De plus, il a ajouté : « Le financement requis permettra d’ajouter plus d’un million de barils de pétrole par jour à la production iranienne de brut provenant de ses champs conjoints avec l’Irak. »

Les entreprises internationales se sont retirées du secteur énergétique de la République islamique après que l’ancien président américain Donald Trump a abandonné l’accord sur le nucléaire iranien en 2018 ; l’accord limitait les activités nucléaires de l’Iran en échange d’un allègement des sanctions économiques.

Au début du mois, le ministre iranien du Pétrole, Javad Owji, a déclaré que son pays accueillerait « tout investisseur » désireux de financer des projets énergétiques iraniens.

La société française Total et la « Chinese National Petroleum Corporation » devaient développer un grand projet de gaz offshore iranien dans le golfe Persique avant de se retirer il y a 3 ans en raison des sanctions américaines contre l’Iran.

    la source :
  • alarabiya