SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 18 January 2022, Tuesday |

Robert Malley: L’Iran joue avec le feu…

L’envoyé spécial américain en Iran, Robert Malley, a averti que « les actions de l’Iran reflètent une erreur de calcul, car elles jouent avec le feu ».

A l’occasion de la reprise du huitième cycle de négociations nucléaires à Vienne, il a estimé dans une interview au journal « New Yorker » que « voir l’Iran tenter de relancer l’accord nucléaire dans un avenir proche équivaudrait à tenter de relancer un corps. »

Lundi soir, dans un hôtel de Vienne, la première session du huitième cycle de négociations nucléaires entre l’Iran et le groupe « 4+1 » a débuté avec une participation indirecte des États-Unis, dans le but de parvenir à un accord qui relancerait l’accord nucléaire qui Washington s’est retiré en 2018.

Robert Malley a critiqué le retrait de l’Iran de ce qui avait été atteint lors des précédents cycles de négociations sous l’ancien président Hassan Rouhani.

« De réels progrès ont été réalisés au cours des six premiers cycles des pourparlers de Vienne, et si l’une ou l’autre des parties était disposée à parvenir à un compromis, nous aurions pu parvenir à un accord », a-t-il déclaré.

Avec l’arrivée du gouvernement du religieux pur et dur Ibrahim Raisi, il a rejeté ce qui avait été atteint lors des tours précédents.

Le 29 novembre, son gouvernement a commencé à reprendre les négociations avec les puissances internationales, « la France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la Russie et la Chine ».

Le diplomate américain a estimé que le développement des activités nucléaires et régionales de l’Iran sont des actions qui expriment un « mauvais calcul » et que l’Iran « joue avec le feu ».

Vendredi dernier, les Gardiens de la Révolution ont lancé 16 missiles balistiques simultanément lors de manœuvres qu’ils ont menées dans des villes côtières surplombant le golfe Persique et la mer d’Oman.

« Avec ces développements, ils vident progressivement le traité de non-prolifération, car l’Iran a étendu son programme nucléaire, et nous ne serons pas disposés à accepter un accord pire », a déclaré le diplomate américain.