SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 24 May 2022, Tuesday |

Scandales et enquêtes… les plus grandes affaires de corruption liées à Corona dans le monde

L’impact de la pandémie de Corona ne s’est pas limité au seul aspect sanitaire, mais s’est étendu à de nombreux aspects, dont l’aspect politique dans certains pays du monde.

Plusieurs pays ont été témoins de scandales liés à l’épidémie de Covid-19, notamment le Brésil, où le ministère public a décidé d’enquêter sur des accusations de corruption à l’encontre du président du pays, Jair Bolsonaro.

On soupçonne le président brésilien Jair Bolsonaro d’avoir omis de signaler une tentative de corruption au sein du ministère de la santé, lors de l’achat de vaccins anti-coronavirus, car un fonctionnaire du département d’importation de matériel médical du ministère l’a informé d’une somme de 45 millions de dollars, en échange de trois millions de doses du vaccin « Covaxin » du laboratoire indien « Bharat Biotik », cependant, aucun vaccin n’a été livré, sachant que « Covaxin » n’a pas obtenu l’approbation des autorités sanitaires.

En Afrique du Sud, des contrats d’une valeur d’environ 820 millions d’euros, liés à la lutte contre l’épidémie, ont été conclus et font actuellement l’objet d’une enquête pour corruption.

Les cas de 63 fonctionnaires ont été transmis au procureur général, 87 entreprises ont été mises sur liste noire et ne pourront plus obtenir de marchés publics.

L’une des enquêtes vise deux proches du ministre de la Santé, Zweli Mkhize, qui a été contraint de cesser son activité en raison d’un « congé spécial » le 8 juin.

Et en février dernier, le Pérou a été secoué par le scandale « Vacunagate » lié à la vaccination contre le Covid, et a conduit à la démission des ministres de la Santé et des Affaires étrangères, car 487 personnes ont été vaccinées sans droit, avant le début de la campagne nationale le neuf février avec les travailleurs de la santé, alors que l’ancien président Martin Vizcarra, était parmi ceux qui ont été vaccinés en octobre 2020 à sa demande, selon un médecin qui a dirigé l’essai clinique du vaccin chinois « Sinopharma » au Pérou.

Et en février dernier, un scandale a été révélé à propos de la vaccination des personnalités en Argentine, obligeant le ministre de la Santé, Genis Gonzalez Garcia, à démissionner après qu’il ait été révélé qu’il avait proposé à ses amis de recevoir le vaccin au ministère, sans prendre rendez-vous avec l’hôpital.

Les autorités ont publié une liste de soixante-dix personnes ayant reçu le vaccin en dehors des cadres officiels, bien qu’elles ne fussent pas dans une catégorie prioritaire à l’époque, dont le ministre de l’économie, l’ancien président Eduardo Duhalde, sa femme et leurs enfants.

Et en Equateur, le ministre de la santé Juan Carlos Zevallos a démissionné pour son implication dans un scandale lié à la vaccination de personnes non prioritaires, dont des membres de sa famille.