SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 September 2021, Tuesday |

Syrie.. Un calme prudent à Daraa, et les habitants ont peur de rentrer dans leurs maisons

Un calme prudent règne aujourd’hui dimanche dans les quartiers de Daraa al-Balad, dans le sud de la Syrie, où les forces du régime syrien se sont déployées il y a quelques jours, conformément à un accord parrainé par Moscou après une escalade militaire, selon ce qu’ont pu constater des correspondants de l’AFP lors d’une tournée organisée par le ministère syrien de l’Information.

Depuis fin juillet, la ville de Daraa est le théâtre d’une escalade militaire entre les forces gouvernementales et les groupes armés locaux, après trois ans de calme.

Les correspondants de l’AFP ont visité les quartiers d’Al-Arbaeen et de Dawar Al-Masry, où deux postes militaires syriens sur neuf ont été établis dans les zones où l’armée a récemment pénétré.

Les reporters ont vu des bulldozers enlever les décombres parmi les maisons détruites, et ouvrir des routes remplies des effets des combats, des obus vides et des séquelles des combats.

Au cours du mois dernier, la Russie a mené des négociations pour parvenir à un accord entre les deux parties, durant lesquelles des dizaines de combattants de l’opposition ont été évacués de la ville vers des zones contrôlées par des factions de l’opposition dans le nord du pays.

Une source militaire, qui a refusé d’être identifiée à Daraa, a déclaré aux journalistes : « Neuf points militaires ont été positionnés à la périphérie de Daraa al-Balad et à l’intérieur, et le travail est en cours pour régler les conditions de ceux qui veulent des hommes armés après avoir remis leurs armes. » La source a ajouté qu' »il y a un calme prudent et nous attendons que les étapes du règlement soient achevées, et l’État ne préfère pas la solution militaire ».

Selon l’agence de presse officielle syrienne (SANA), des unités de l’armée régulière sont entrées mercredi dans la zone de Daraa al-Balad.

Cela s’est produit après la mise en œuvre des termes de l’accord final depuis le début du mois de septembre, notamment l’entrée de la police militaire russe dans Daraa al-Balad et le déploiement de points de contrôle militaires pour les forces gouvernementales, ainsi que le début de la présentation de demandes de régularisation de leur statut par des centaines de combattants ou de jeunes hommes souhaitant rester à Daraa qui ont raté leur service militaire.

Malgré l’absence d’obus et d’artillerie, quelques personnes sont retournées chez elles dans le quartier de Manshiyya, « en attendant que les routes soient ouvertes et réhabilitées », selon une source du gouvernorat de Daraa.

À l’entrée du quartier de Daraa Al-Balad, deux voitures portant le drapeau russe se sont arrêtées, et à côté d’elles se trouvaient des soldats de la police militaire russe, qui observaient les mouvements légers des civils.

À ce moment-là, d’autres civils circulaient en moto, sans parler aux journalistes.

Une source locale de la province de Daraa a déclaré aux journalistes : « Les deux boulangers ont commencé à travailler ces dernières heures, et des travaux sont en cours pour établir des points de santé. »

La dernière escalade militaire, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, a entraîné la mort de 23 civils, dont six enfants, 26 membres des forces gouvernementales et 20 combattants de l’opposition.

L’escalade a incité plus de 38 000 personnes à fuir Daraa al-Balad en un mois environ, selon les Nations unies.