SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 November 2022, Tuesday |

Téhéran: Les négociations de Vienne doivent mettre en œuvre les engagements et pas le nucléaire

A deux jours de la reprise des pourparlers sur le nucléaire, dans la capitale autrichienne, pour tenter de relancer l’accord signé avec Téhéran en 2015.

L’Organisation de l’énergie atomique d’Iran a estimé que les prochaines négociations se concentreront sur le retour des autres parties à mettre en œuvre leurs engagements, et non sur les questions nucléaires.

Le chef de l’organisation, Muhammad Eslami, a déclaré dans une interview télévisée aujourd’hui, samedi, que « les autres parties n’ont pas rempli leurs engagements stipulés dans l’accord nucléaire, mais sont plutôt devenues une partie revendicatrice », comme il l’a dit.

« Cela explique l’ambiance négative et médiatique à notre encontre », a-t-il ajouté.

Il a également estimé que « l’assassinat des scientifiques nucléaires iraniens n’a pas conduit à l’affaiblissement de son programme nucléaire, mais plutôt au renforcement et à l’expansion de ses activités nucléaires pacifiques ».

Ces déclarations s’inscrivent dans le même contexte, des positions précédentes prises par plusieurs responsables iraniens au cours des dernières semaines, plus récemment le ministre des Affaires étrangères Hussein Amir Abdollahian, qui a estimé que le prochain cycle de pourparlers vise à ramener l’Amérique à l’accord et à lever complètement les sanctions. .

« Si les parties adverses sont disposées à revenir à leurs obligations complètes et à lever les sanctions, il sera possible de parvenir à un accord bon et même immédiat », a-t-il déclaré.

Vendredi, Josep Borrell, représentant de l’Union européenne pour la politique étrangère et de sécurité, a souligné que la relance de l’accord nucléaire, qui s’est effondré depuis le retrait des États-Unis en 2018, et le retour aux engagements sont devenus plus urgents et nécessaires que jamais.

Il est à noter que l’Iran adhère à la question de fournir des garanties « sérieuses et suffisantes » que les États-Unis ne se retireront plus de l’accord, ce que ces derniers ont rejeté jusqu’à présent.

Il appelle également à la nécessité de lever toutes les sanctions imposées par la précédente administration américaine dirigée par Donald Trump, estimées à des centaines, depuis 2018 et avant.

    la source :
  • alarabiya