SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 October 2021, Wednesday |

Téhéran : Nous ne négocierons pas un nouveau texte à Vienne

L’Iran a réitéré lundi que sa délégation retournerait à la table des négociations nucléaires. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Said Khatibzadeh, a déclaré que des négociations à Vienne se tiendraient bientôt.

Cependant, selon les médias locaux, il a souligné que la délégation iranienne ne négocierait pas un nouveau texte, soulignant que le dialogue se ferait dans le cadre de l’accord nucléaire.

Blâme et critique

En outre, Loma a marqué sur les pays européens, faisant allusion à leur incapacité à protéger l’accord nucléaire précédent. Il a déclaré « Si l’Occident avait été sérieux au sujet des négociations, l’ancien président américain, Donald Trump, n’aurait pas osé suivre l’accord ».

En ce qui concerne la situation avec l’Azerbaïdjan, Khatibzadeh a déclaré: « Notre région est sensible et a besoin de calme, et lorsque nous avons voulu organiser les exercices, nous en avons informé les pays voisins, en particulier l’Azerbaïdjan, ce qui est évident parmi les États voisins ».

Il a également évoqué les pourparlers avec l’Arabie saoudite, notant qu’elle avait fait des progrès et discuté de plusieurs dossiers, dont le Yémen.

Nous reviendrons bientôt.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir Abdullahian, a également confirmé hier, a rapporté IRNA, que les négociations sur la question nucléaire iranienne reprendraient à Vienne.

Il a également expliqué que son pays « était en train de revoir les cycles de négociations précédents, en particulier les derniers cycles qui ont eu lieu ». « Nous étudions actuellement de manière intensive les résultats des pourparlers de Vienne, et je pense que nous reviendrons bientôt à la table des négociations », a-t-il déclaré.

Ces derniers jours, les responsables iraniens ont commenté un retour aux pourparlers nucléaires « bientôt », mais aucune date n’a encore été fixée, et il y a eu une controverse sur ce que l’expression est bientôt!

Les négociations, qui ont débuté à Vienne en avril, ont été suspendues après six cycles en juin sans consensus complet sur toutes les questions en suspens afin de relancer l’accord nucléaire de 2015 signé entre les grandes puissances et Téhéran, à partir duquel l’ancienne administration américaine dirigée par Donald Trump comptait réimposer des sanctions aux autorités iraniennes.

    la source :
  • alarabiya