SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 February 2023, Tuesday |

Téhéran reconnaît avoir tué « seulement » 200 personnes lors des manifestations !

Le Conseil de sécurité de l’État iranien a déclaré (samedi 12-3-2022) que 200 personnes sont mortes en Iran lors des émeutes qui ont éclaté dans le pays depuis la mi-septembre, un nombre bien inférieur à celui rapporté par les groupes de défense des droits de l’homme.

Un commandant des Gardiens de la révolution iraniens a estimé le nombre de morts à 300.

« 200 personnes sont mortes lors des récentes émeutes », a déclaré l’agence de presse judiciaire Mizan citant le Conseil de sécurité d’État du ministère de l’Intérieur.

Le bilan des morts, selon le communiqué officiel iranien, comprend des membres des forces de sécurité et des civils qui ont été tués lors de ce qu’il a décrit comme des « attaques terroristes » et des troubles sécuritaires dans les villes iraniennes, en plus de membres de groupes armés et séparatistes.

La déclaration indiquait que ce dont le pays avait été témoin n’était pas des manifestations pacifiques, mais des opérations de sabotage visant à déstabiliser la sécurité et à répandre la violence.

La déclaration a confirmé la contrebande de grandes quantités d’armes vers l’Iran pour élargir le cercle des « opérations terroristes ».

Dans un contexte connexe, le chef des sunnites en Iran, Mawlawi Abdul Hamid, a déclaré qu’il était erroné de condamner à mort les manifestants, car les manifestations ont secoué le sud-est troublé de l’Iran, au milieu de manifestations continues pendant trois mois, malgré la violente répression. pratiquée par l’Etat.

Mawlawi Abdul Hamid a déclaré que la justice conservatrice avait tort d’accuser les manifestants de « haraba », un terme islamique signifiant lutter contre Dieu, passible de la peine de mort.