SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 October 2022, Sunday |

The Times : L’attaque d’Al-Hasakah est « une honte pour l’Occident »

Le journal britannique The Times a décrit l’attaque d’ISIS contre une prison dans la ville syrienne d’Al-Hasaka comme une « tache de honte » sur le front de l’Occident, qui a ignoré les « prisons djihadistes » et a aidé le retour progressif de l’organisation extrémiste, considérant que les prisons surpeuplées abritant des milliers de terroristes étaient un scandale depuis le moment où l’organisation a été vaincue. .

Le journal a souligné qu’il y a encore environ 12 000 prisonniers sous la garde des Forces démocratiques syriennes (FDS) dirigées par les Kurdes, dont au moins 2 000 sont des étrangers. En outre, plus de 70 000 femmes et jeunes enfants sont détenus dans des camps gardés pour les personnes déplacées.

Dans son analyse, The Times déclare : « La Grande-Bretagne et d’autres pays européens ont tourné le dos et refusé de permettre aux terroristes ou à leurs épouses et veuves de rentrer chez eux, même pour être jugés ». L’ancien président américain, Donald Trump, a largement contribué fin 2019 au retour d’ISIS, lorsqu’il a retiré la moitié des forces qui aident à garder la zone de contrôle des FDS dans l’est de la Syrie. »

Le journal a expliqué : « Les Forces démocratiques syriennes appellent la zone qu’elles gèrent (l’Administration autonome du nord et de l’est de la Syrie), mais cette autonomie a un prix. Elle n’est pas reconnue par le régime, de Bachar el-Assad, à Damas, et donc par les Nations unies, et ne peut bénéficier d’une aide directe. Les gouvernements occidentaux affirment qu’ils ne peuvent légalement autoriser l’extradition. »

Le journal a déclaré que pour diverses raisons diplomatiques, personne ne veut accepter le fait évident que la Syrie est maintenant divisée en parties claires. Au lieu de cela, pour leurs propres raisons géopolitiques, les puissances qui contrôlent le Conseil de sécurité de l’ONU sont heureuses de voir ce trou noir juridique, sécuritaire et moral exacerbé.