SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 November 2022, Wednesday |

Un diplomate européen : La délégation de Téhéran n’est pas prête à retourner à Vienne

Malgré l’atmosphère positive décrite par le ministère iranien des Affaires étrangères, commentant la visite du coordinateur de l’Union européenne Enrique Mora à Téhéran hier pour discuter du dossier nucléaire, un haut diplomate européen a déclaré que la délégation iranienne n’était pas encore prête à reprendre les négociations de Vienne.

Le diplomate a confirmé dans un point de presse aujourd’hui, vendredi, sous couvert d’anonymat, selon les explications du correspondant d’Al-Arabiya à Bruxelles, que l’Iran n’est pas prêt pour le moment à reprendre les négociations dans la capitale autrichienne.

Il a également ajouté que des discussions prolongées entre l’Europe et l’Iran auront lieu à la fin de ce mois (octobre) sur le dossier nucléaire.

L’impatience de Washington

Un haut responsable de l’administration américaine avait laissé entendre auparavant, selon ce qui a été rapporté par le site « Axios » aujourd’hui, vendredi, que l’impatience de Washington à l’égard de Téhéran était à bout.

Il a déclaré, répétant largement ce que le ministre des Affaires étrangères Antony Blinken a dit il y a deux jours : « Tout ce que nous entendons, ce que nous voyons et ne voyons pas de la part de l’Iran indique qu’il n’est pas intéressé par un retour réaliste à la relance de l’accord nucléaire signé en 2015. »

En outre, un haut collaborateur démocrate du Sénat a déclaré : « L’administration du président Joe Biden n’a pas encore agité de drapeau blanc derrière des portes closes, mais les responsables indiquent leur désespoir », faisant référence à la perte d’espoir d’une reprise des négociations nucléaires.

Plans alternatifs

Il convient de noter que les pays occidentaux qui sont encore inclus dans l’accord conclu entre Téhéran et les grandes puissances en 2015 (France, Grande-Bretagne, Russie, Chine et Allemagne), dont Washington s’est retiré il y a trois ans, n’ont cessé d’exhorter au cours des deux derniers mois à reprendre les négociations dans la capitale autrichienne, après l’arrêt des pourparlers en juin dernier, après 6 rounds n’ayant pas abouti à un consensus sur toutes les questions en suspens.

Tandis que Téhéran a répété au cours des dernières semaines qu’un retour à la table des négociations était proche, sans préciser de date, cela a incité Blinken, et avant lui, l’envoyé américain Robert Malley, à souligner que Washington étudiait des plans alternatifs pour les pourparlers s’ils ne reprenaient pas bientôt à Vienne.

    la source :
  • alarabiya