SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 31 January 2023, Tuesday |

Un haut fonctionnaire européen révèle la date prévue pour le retour des négociations de Vienne

Les négociations de Vienne entre l’Iran et les principaux pays concernant l’accord sur le programme nucléaire iranien devraient reprendre début septembre, a annoncé un haut responsable de l’Union européenne.

L’un des éléments de surprise est que le négociateur de l’Union européenne en charge du dossier nucléaire iranien, l’Espagnol Enrique Mora, a assisté jeudi à l’investiture du nouveau président iranien Ebrahim Raissi à Téhéran.

Le haut fonctionnaire a déclaré qu’ « Enrique Mora s’est rendu à Téhéran en sa qualité de représentant de Josep Borrell, ministre des Affaires étrangères de l’Union européenne et coordinateur du Comité conjoint du Plan global d’action conjoint, l’accord conclu en 2015 avec Téhéran concernant ses activités nucléaires. »

Il a ajouté que Mora « a demandé à discuter du Plan global d’action conjoint, et l’interlocuteur qu’il a choisi était Hossein Amir Abdollahian », qui pourrait devenir le nouveau ministre iranien des Affaires étrangères, expliquant que « ces entretiens ont été très utiles car ils lui ont permis de délivrer des messages, notamment l’inquiétude suscitée par les activités nucléaires de l’Iran au cours des dernières semaines. »

La source européenne a ajouté que « les Iraniens l’ont informé de leur intention de reprendre les pourparlers à Vienne dès que possible, sur la base du texte qui a été présenté lorsqu’ils ont été suspendus le 30 juin », notant que « les Iraniens lui ont dit qu’ils sont prêts à revenir à Vienne, mais qu’ils ne veulent pas discuter juste pour le plaisir de discuter. Ils veulent un accord, ils veulent réussir ».

M. Mora a informé les États-Unis du contenu de ses entretiens peu après avoir quitté Téhéran.

Le haut fonctionnaire a expliqué que « les Iraniens doivent d’abord former un gouvernement et nommer un nouveau ministre des affaires étrangères, puis désigner l’équipe de négociation à Vienne. Les négociations pourront reprendre au début du mois de septembre.

Il a également déclaré que « les Iraniens n’ont pas indiqué de changement dans leur position. Leurs préoccupations restent celles soulevées par leurs négociateurs. »

Il a ajouté : « L’Union européenne espère un gel des activités nucléaires de l’Iran, mais ce point n’a pas été abordé, car Mora présentait également la position des autres parties aux négociations, et ce point n’a pas été inclus dans son discours. »

La visite de Mora en Iran a été critiquée après l’attaque d’un pétrolier exploité par un homme d’affaires israélien en mer d’Oman et attribuée à Téhéran.

« L’Union européenne a condamné cette attaque et une déclaration de Josep Borrell est en cours de discussion au nom des 27 États membres de l’Union européenne », a commenté le haut fonctionnaire.

« La priorité est de mettre fin aux activités nucléaires de l’Iran. Une fois ce problème réglé, les autres problèmes posés par l’Iran seront abordés. »

Après avoir prêté serment jeudi, le nouveau président iranien, Ebrahim Raissi, a confirmé son soutien aux démarches diplomatiques visant à lever les sanctions américaines contre son pays, mais a souligné que Téhéran ne céderait pas ses « droits » sous la pression.

Le président américain Joe Biden s’est dit prêt à revenir sur l’accord de 2015 dont son prédécesseur Donald Trump s’est retiré, à condition que l’Iran respecte à nouveau les restrictions imposées à son programme nucléaire.

Pour sauver l’accord, Washington doit, de son côté, lever les sanctions contre Téhéran, suspendues il y a six ans et réimposées par Trump.