SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 23 October 2021, Saturday |

Un nouveau mouvement égyptien vers la crise du barrage de la Renaissance

L’Égypte s’emploie à faire pression sur l’Éthiopie pour qu’elle renonce au deuxième remplissage du barrage de la Renaissance, la dernière en date étant le recours au Conseil de sécurité de l’ONU.

Le premier sous-secrétaire de la commission des affaires arabes à la Chambre des représentants en Égypte, Ahmed Fouad Abaza, a déclaré que l’Égypte a eu recours au Conseil de sécurité dans le dossier de la crise du barrage de la Renaissance, après avoir agi dans toutes les directions pour présenter la question.

Abaza a écrit dans une déclaration publiée aujourd’hui que la communauté internationale, avec tous ses pays et organisations, est devenue témoin que l’Éthiopie persiste depuis de nombreuses années dans son refus de parvenir à un accord contraignant avec les pays en aval.

Il a souligné que l’Éthiopie est intransigeante et prolonge les négociations pour imposer un fait accompli, soulignant que le recours au Conseil de sécurité est la dernière démarche pacifique de l’Égypte, qui insiste pour maintenir la sécurité et la stabilité de la région et préfère négocier avec l’Éthiopie sous les auspices de l’Union africaine et du Conseil de sécurité.

Il a ajouté que l’orientation de l’Éthiopie vers le deuxième remplissage dans les délais sans parvenir à un accord contraignant avec les pays en aval, l’Égypte et le Soudan, signifie son assaut contre la souveraineté égyptienne, et c’est ce dont le président égyptien Abdel Fattah Al-Sisi a averti, appelant le Conseil de sécurité à prendre toutes les mesures qui garantissent un accord contraignant pour préserver les droits de l’Égypte historique dans les eaux du Nil.