SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 June 2022, Thursday |

Un nouveau plan pour renverser le Premier ministre britannique

Des crises multiples et successives ont affecté le Premier ministre britannique Boris Johnson, telles que le scandale du « Party Gate » concernant les violations de son équipe et de lui-même aux mesures de fermeture de Corona, puis le vote de confiance que son gouvernement a subi, et enfin une crise politique interne due au « protocole sur l’Irlande du Nord », en plus de la démission de son conseiller pour le code de conduite ministériel Christopher Geidt.

Les membres rebelles du Parti conservateur britannique prévoient de modifier les règles du parti afin d’évincer Boris Johnson d’ici Noël plutôt que d’attendre encore 12 mois.

Les membres conservateurs cherchent à modifier le règlement du parti afin de permettre un second vote de confiance à l’égard du Premier ministre dans un délai de six mois, au lieu du minimum actuel d’un an.

Selon les règles du parti, Johnson est à l’abri d’un autre vote de confiance pendant un an.

Mais un changement de ces règles est possible à tout moment par les 18 membres exécutifs du Comité de 1922 sur le règlement de non-confiance au sein du Parti conservateur.

Le Daily Mail britannique note que la branche exécutive au sein du parti est actuellement divisée, les opposants étant actuellement plus nombreux que les partisans de la modification de la règle.

Un membre du comité a déclaré que le changement aurait de graves implications, car cela signifie « un vote chaque fois que nous n’aimons pas la politique. »

La représentante Sheryl Murray, un partisan de Johnson, a également soulevé des préoccupations concernant le changement de règle dans un groupe de messagerie privé sur WhatsApp, disant à ses collègues du comité exécutif de 1922 qu’elle s’y opposerait.

À l’approche de l’élection des membres du comité exécutif, deux législateurs ont confirmé que les rebelles prévoyaient de pousser davantage de leurs alliés au sein du comité, puis de repousser le changement de règle à six mois.

Si le changement réussit, Johnson pourrait quitter ses fonctions avant Noël.

Une source proche de l’un des rivaux potentiels de la direction a expliqué que les députés rebelles ont commencé à bouger depuis le vote de confiance, mais on s’attend à ce que ce soit eux qui fassent le plus de bruit si les conservateurs perdent l’élection partielle de cette semaine.

En 2019, Johnson a obtenu une majorité parlementaire massive pour son parti conservateur après avoir organisé des élections générales anticipées.

Moins de trois ans plus tard, Johnson subit un vote de confiance de son propre parti, ses anciens alliés affirmant que sa conduite dans plusieurs scandales « insulte les électeurs ».

Une série de fêtes bruyantes qui ont brisé les mesures de fermeture de Downing Street (le siège du gouvernement) pendant l’émergence de la pandémie du virus Corona a été le principal problème pour Johnson.

Johnson avait remporté un vote de confiance et a pu rester en fonction grâce au soutien de 211 députés de son parti conservateur, contre 148 qui ont voté contre lui.

Mais le mécontentement de la population à l’égard du gouvernement de Johnson est également plus important, exacerbé par d’autres problèmes en Grande-Bretagne, notamment la hausse rapide de l’inflation.

Peu de commentateurs s’attendent à ce que Johnson reste en poste jusqu’aux prochaines élections générales – qui doivent légalement avoir lieu avant le 24 janvier 2025.