SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 22 October 2021, Friday |

Un nouveau projet britannique… Que contenait-il ?

Les médias britanniques ont révélé un projet de loi qui permettrait au ministre de l’Intérieur de refuser des visas d’entrée aux visiteurs en provenance de pays qui refusent de coopérer au retour des demandeurs d’asile déboutés.

Et le journal britannique « The Guardian » a publié le nouveau projet de loi qui donne au ministre de l’Intérieur Priti Patel et aux futurs ministres de l’Intérieur le pouvoir de suspendre ou de retarder le traitement des demandes d’asile des pays « non coopératifs ».

Le projet de loi stipule que ces pays « ne coopèrent pas avec le gouvernement du Royaume-Uni en ce qui concerne le renvoi de leurs ressortissants du Royaume-Uni, y compris ceux qui ont besoin ou se trouvent au Royaume-Uni sans cette autorisation pour entrer ou rester au Royaume-Uni ».

Une disposition dans le projet de loi sur la citoyenneté et les frontières permettrait au ministre de l’Intérieur d’imposer des « exigences financières supplémentaires » pour les demandes de visa, c’est-à-dire une augmentation des frais, si les pays ne coopèrent pas.

Le nouveau projet de loi britannique est similaire à la législation américaine qui permet aux autorités de restreindre les visas des pays qui refusent de reprendre les immigrants illégaux, selon le journal.

Le ministre de l’Intérieur britannique a décrit les nouveaux amendements proposés comme un lien dans une série d’amendements qui affecteront la loi sur l’immigration.

Selon le nouveau projet de loi, les demandeurs d’asile réputés arrivés illégalement au Royaume-Uni n’auront plus les mêmes droits de ceux qui arrivent dans le pays, par des voies légales.

La Grande-Bretagne a l’intention d’augmenter la peine de prison pour les immigrés qui cherchent à entrer illégalement dans le pays de six mois à quatre ans, après avoir atteint un nombre record de traversées de la Manche.

Cette nouvelle mesure, annoncée par le Home Office la semaine dernière, fait partie du Asylum Reform Bill, qui a été soumis mardi au Parlement britannique.

Il est également prévu d’augmenter la peine pour les passeurs, selon la nouvelle législation, pour atteindre la réclusion à perpétuité au lieu de 14 ans d’emprisonnement maintenant.

Le projet, que le ministre de l’Intérieur a qualifié de « juste mais ferme », vise à réduire l’immigration illégale et à traiter différemment les demandeurs d’asile selon la façon dont ils sont arrivés dans le pays, légalement ou illégalement.

La facture intervient alors que le nombre record de migrants qui ont traversé la Manche sur de petits bateaux, environ 6000 personnes, au cours des six premiers mois de 2021.