SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 October 2021, Thursday |

Un plan éthiopien pour protéger le barrage de la Renaissance de toute intervention militaire

Un expert égyptien de l’eau a déclaré que l’Éthiopie réserve 18,5 milliards de mètres cubes d’eau devant le barrage de la Renaissance pour le protéger des actions militaires, notant que le deuxième remplissage du barrage représente une menace pour l’Égypte car il nous menaçait avec le premier remplissage.

L’expert, « Nader Nour El-Din », a indiqué que l’Éthiopie a construit la barrière médiane dans le barrage d’une hauteur de 13 mètres, expliquant qu’elle veut réserver 18,5 milliards devant le barrage pour le protéger des actions militaires, mais si le barrage s’effondre, le Soudan sera exposé à la noyade et à la destruction de bâtiments.

Il a souligné que le barrage de la Renaissance n’était pas destiné au développement, mais qu’il s’agissait d’un « verrou » pour s’emparer de l’eau d’Égypte et du Soudan, expliquant que l’intransigeance de l’Éthiopie dans le parrainage par l’Union africaine de la crise du barrage de la Renaissance était dans l’intérêt des intérêts éthiopiens, soulignant que lorsque l’Union africaine intervient dans une crise pour l’Éthiopie avec un autre pays, elle n’y est pas parvenue. .

Dans un contexte connexe, les adeptes des affaires égyptiennes et des développements du barrage de la Renaissance ont vu, dans une publication du ministère égyptien des Affaires étrangères via Twitter, dans lequel ils ont vu un message de l’armée égyptienne en Éthiopie, alors que le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a publié un photo du ministre Sameh Shoukry, tenant dans ses mains une copie de son discours au Conseil de sécurité avec une couverture dessus.

La photo a été publiée sur le compte officiel du ministère égyptien des Affaires étrangères sur Twitter, et elle contient les paroles d’un vers de l’hymne officiel des forces armées égyptiennes, « Vous circulez librement, Nil, afin que vos banques l’étendue de la lutte », qui était considéré comme un message indirect de l’armée égyptienne à l’Éthiopie menaçant de recourir à la force en cas d’échec des négociations du barrage de la Renaissance au Conseil de sécurité.

Il est à noter que la Tunisie a soumis au Conseil de sécurité un projet de résolution obligeant les trois pays, l’Éthiopie, le Soudan et l’Égypte, à négocier et conclure un accord contraignant sur le mécanisme d’exploitation et de gestion du barrage dans les 6 mois, évitant toute action unilatérale, et préserver le droit de l’Éthiopie à produire de l’électricité.