SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 December 2022, Monday |

Un responsable américain : l’avertissement de Biden reflète de grands risques

Le coordinateur des communications stratégiques du Conseil de sécurité nationale des États-Unis, John Kirby, a déclaré dans une interview à « ABC » que les déclarations du président Biden sur les dangers d’une guerre « de fin du monde » à propos de la crise en Ukraine « reflètent exactement les enjeux très élevés qui sont maintenant incarnés. »

« Lorsque vous avez une puissance nucléaire moderne, et que le commandant de cette puissance nucléaire moderne est prêt à utiliser une rhétorique irresponsable de la manière dont Poutine l’a fait plusieurs fois au cours de la dernière semaine ou des deux dernières semaines, plus les fortes tensions en Ukraine au cours des derniers jours, alors les enjeux sont très élevés en ce moment. »

Biden avait souligné que Poutine « ne plaisante pas quand il parle de l’utilisation possible d’armes nucléaires tactiques ou d’armes biologiques ou chimiques, parce que son armée est largement sous-performante ».

« Je ne pense pas qu’il y ait quelque chose comme le fait de pouvoir facilement utiliser une arme nucléaire tactique sans que cela finisse par provoquer la bataille d’Armageddon », avait-il poursuivi.

Et Poutine a fait allusion à la bombe atomique dans une allocution télévisée le 21 septembre dernier.

Le président américain Joe Biden a déclaré jeudi que les menaces de la Russie d’utiliser des armes nucléaires dans le conflit en Ukraine mettent en danger l’humanité pour la première fois depuis la crise des missiles de Cuba, en pleine guerre froide.

Et si ces déclarations sont basées sur des conclusions militaires ou de renseignement, Kirby a nié qu’elles soient basées sur « de nouveaux renseignements ou de nouvelles indications que Poutine a pris la décision d’utiliser des armes nucléaires. »

« Nous n’avons aucune indication qu’il a pris ce genre de décisions, et nous n’avons rien vu qui nous amènerait à faire une pause pour reconsidérer notre position nucléaire stratégique dans nos efforts pour défendre nos intérêts de sécurité nationale ou ceux de nos alliés et partenaires. »

Concernant les moyens de mettre fin à la guerre, Kirby a déclaré que cela « se produirait simplement en déplaçant ses forces (Poutine) hors du pays. C’est lui qui a choisi de recommencer ce conflit, et il peut choisir d’y mettre fin. »

Mais il a vu qu’il n’y avait aucune indication du désir de Poutine de s’asseoir à la table des négociations « pour trouver une issue pacifique », et a déclaré : « En appelant des réservistes et en annexant des terres, il montre qu’il veut continuer cette guerre ».

Kirby a confirmé la poursuite de la fourniture d’une assistance de sécurité à l’Ukraine, faisant référence à l’annonce récente de l’approbation de plus de 600 millions de dollars d’aide, y compris les importants lanceurs HIMARS.

« Nous allons continuer à le faire à l’avenir », a-t-il déclaré.

Dossier de la Corée du Nord et la stratégie de défense

Sur la position de la Corée du Nord après qu’elle ait continué à tirer des missiles, le responsable de la Maison Blanche a déclaré que le dirigeant de ce pays, Kim Jong Un, a rejeté une offre de dialogue sans conditions préalables et a continué à tirer des missiles, notant que « l’offre tient toujours, mais nous travaillons également à assurer le renforcement des capacités dans la région. »

Sur les garanties du succès de la stratégie de défense des pays alliés dans la région, Kirby a déclaré : « Nous avons amélioré nos capacités de renseignement là-bas, dans et autour de la péninsule. Nous avons travaillé dur pour améliorer notre état de préparation militaire. Nous avons eu des exercices, la semaine dernière, avec les Japonais et les Sud-Coréens. »

Il a ajouté : « Nous travaillons à une meilleure coopération trilatérale entre nos trois pays. Nous nous assurerons que nous avons les capacités nécessaires pour défendre nos intérêts de sécurité nationale. »

Pyongyang avait annoncé huit tirs de missiles balistiques en deux semaines, le dernier en date étant le lancement de deux missiles balistiques, dans la nuit de samedi à dimanche, selon l’armée sud-coréenne, rapporte l’agence « Yonhap ».