SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 December 2022, Sunday |

Un responsable américain : Le retour à l’accord nucléaire est difficile

Trois mois après la dernière réunion pour négocier la relance de l’accord nucléaire entre l’Iran et les puissances mondiales, on ne sait toujours pas si et quand les pourparlers à Vienne reprendront, ni qui pourrait représenter le nouveau gouvernement iranien.

Entre-temps, l’Iran a continué d’accroître la quantité et la qualité de son enrichissement d’uranium, ce qui amène certains experts à conclure qu’il est maintenant plus proche de posséder suffisamment de matière fissile pour une bombe, alors que l’administration Biden s’attendait à ce que Téhéran y parvienne d’ici deux ou trois mois.

Parallèlement, une dispute a éclaté entre l’Iran et l’Agence internationale de l’énergie atomique au sujet de la surveillance de ses activités nucléaires, initialement convenue dans l’accord de 2015, selon un rapport du Washington Post.

De son côté, l’administration américaine a continué d’avertir que le temps des négociations est compté, sans dire combien de temps il reste ni ce qu’elle fera s’il expire.

« Il est difficile de revenir en arrière »

« Nous n’avons pas de calendrier », a déclaré un haut responsable du département d’État au Washington Post. « Notre position est que nous sommes prêts à revenir » à la table des négociations, même si « à un moment donné, ce ne sera plus possible, car les progrès nucléaires de l’Iran… Ils deviendront irréversibles et il n’y aura plus de retour en arrière ».

« Lorsque nous arriverons à ce point ou à cette étape, nous devrons évaluer où nous en sommes et comment nous allons aller de l’avant », a déclaré un responsable au Washington Post, parlant sous couvert d’anonymat des négociations.

Par ailleurs, le gouvernement iranien a annoncé que le nouveau ministre des Affaires étrangères, Hossein Amir Abdullahian, avait l’intention de tenir des réunions bilatérales avec ses homologues britannique, allemand et français lors de l’Assemblée générale annuelle des Nations unies.

L’Iran confirme la reprise des négociations

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, a déclaré mardi aux journalistes à New York que tout le monde avait été informé que les négociations de Vienne reprendraient « dans les prochaines semaines ».

Dans un discours préenregistré devant l’Assemblée générale diffusé plus tard dans la journée de mardi, le président Ebrahim Raisi a déclaré que l’Iran « considère que les pourparlers sont utiles et que leur résultat final est la levée de toutes les sanctions répressives », mais il n’a pas indiqué quand les négociations de Vienne allaient reprendre.

Parallèlement, le département d’État américain a révélé que le secrétaire d’État Antony Blinken ne prévoit pas de rencontrer Amir Abdullahian aux Nations unies.

Qui va diriger les négociations en Iran ?

Dans un signe que l’Iran n’est peut-être pas pressé, le gouvernement a commencé à remplacer les négociateurs qui dirigeaient son équipe à Vienne. Le négociateur iranien de longue date Abbas Araqchi a été remplacé par le vice-ministre des affaires étrangères Ali Bagheri, un proche de Khamenei.

Selon le journal, il n’est même pas clair si le nouveau gouvernement prévoit de laisser les négociations entre les mains du ministère des affaires étrangères, ou de les transférer au Conseil national de sécurité, entièrement sous le contrôle de Khamenei.

Les responsables américains et européens craignent que l’Iran ne revienne sur les résultats obtenus lors des six premiers cycles de négociations.

Les négociateurs pensent être parvenus à des accords préliminaires sur la liste des sanctions à lever et sur une éventuelle série de mesures que chaque partie prendra pour revenir au respect des règles.

    la source :
  • alarabiya