SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 December 2022, Saturday |

Un responsable iranien : l’Agence internationale de l’énergie atomique est au courant de toutes les activités de Téhéran

Le chef de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique a déclaré vendredi que l’Agence internationale de l’énergie atomique était au courant de toutes les activités de Téhéran, un jour après que le conseil des gouverneurs de l’agence ait demandé des explications sur la présence de traces d’uranium dans trois sites non déclarés.

La résolution, rédigée par les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne, affirme qu’il est « nécessaire et urgent » que l’Iran explique la source des particules d’uranium et, en général, fournisse à l’agence toutes les réponses qu’elle demande.

L’agence de presse semi-officielle ILNA a cité Mohammad Eslami, chef de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique, disant que « l’Iran n’a rien fait et ne fera rien dont l’agence n’ait pas connaissance ».

« Toutes nos activités s’inscrivent dans le cadre de la réglementation… Il n’y a pas de problème de garanties, qui sont le critère de notre coopération », a-t-il ajouté.

Le règlement des soi-disant enquêtes de « garanties » est crucial pour l’agence onusienne, qui cherche à s’assurer que les parties au Traité sur la non-prolifération nucléaire ne détournent pas secrètement des matières nucléaires pour fabriquer des armes.

« Ils font pression sur l’Iran depuis 20 ans, mais les négociations se sont poursuivies », a déclaré un islamiste.

En juin, l’Iran a retiré les équipements de surveillance supplémentaires de l’Agence internationale de l’énergie atomique, y compris les caméras de surveillance, qui avaient été installés dans le cadre de l’accord de 2015. L’accord signé avec les puissances internationales visait à freiner le programme d’enrichissement d’uranium de Téhéran.

L’envoyé de l’Iran auprès de l’AIEA, Mohsen Naziri, a déclaré : « Les objectifs politiques des auteurs de cette résolution anti-iranienne ne seront pas atteints, mais cela pourrait affecter les relations constructives entre Téhéran et l’agence », selon les médias d’État iraniens.

    la source :
  • Reuters