SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 November 2021, Tuesday |

Un scénario terrifiant…un avertissement de la mort de 700 000 personnes en Europe à cause de Corona

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a averti, mardi, que le nombre de décès dus au Covid en Europe pourrait augmenter, enregistrant 700 000 nouveaux décès d’ici le printemps, soulignant que les décès dus au Covid pourraient passer de 1,5 million actuellement à 2,2 millions d’ici mars 2022, si la situation reste inchangée.

Elle a indiqué qu’elle s’attendait à une « pression élevée ou très élevée dans les unités de soins intensifs dans 49 des 53 pays d’ici au 1er mars 2022. »

Elle a ajouté que « le nombre total de décès enregistrés devrait atteindre plus de 2,2 millions d’ici le printemps de l’année prochaine, si la tendance actuelle se maintient. »

Jusqu’à présent, plus de 1,5 million de décès dus au COVID-19 ont été enregistrés dans la région.

De plus, l’Organisation mondiale de la santé estime que le nombre élevé d’infections est dû à l’apparition du mutagène delta hautement contagieux, à l’absence de vaccination adéquate et au relâchement des mesures de contrôle des épidémies.

Les données de l’organisation montrent que les décès liés au Covid ont doublé depuis la fin du mois de septembre, passant de 2 100 par jour à environ 4 200.

Hans Kluge, directeur régional de l’OMS pour l’Europe, a déclaré : « La situation concernant le COVID-19 dans toute l’Europe et l’Asie centrale est très grave. Nous sommes confrontés à un hiver difficile. »

Aussi, Kluge a appelé à adopter une approche « plus vaccinale » qui combine vaccination, port d’un masque, mesures sanitaires et distanciation sociale.

Et l’Organisation mondiale de la santé a estimé que le port du masque réduit l’incidence de la maladie de 53 %. Une utilisation universelle à hauteur de 95 % pourrait éviter plus de 160 000 décès d’ici le 1er mars.

Il est également « de plus en plus évident que la protection assurée par la vaccination contre les infections et les formes peu sévères diminue », selon l’Organisation mondiale de la santé.

L’OMS donc une dose de rappel pour les plus vulnérables, notamment les personnes immunodéficientes.