SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 October 2022, Wednesday |

Un seul pays peut mettre fin à la guerre de la Russie contre l’Ukraine

Malgré les médiations urgentes qui ont été proposées en raison de l’invasion russe de l’Ukraine, tous ces efforts et médiations à cet égard n’ont donné aucun résultat concret.

Le journaliste américain vétéran Thomas Friedman a exprimé sa conviction qu’un pays est capable d’arrêter la crise de la Russie avec l’Ukraine, notant qu’il ne s’agit pas des États-Unis.

Dans un article d’opinion pour le journal américain « The New York Times », Friedman a déclaré:« Chaque jour qui passe, la guerre en Ukraine devient une grande tragédie pour le peuple ukrainien ».

« Il n’y a qu’un seul pays capable de mettre fin à cette guerre: pas les Etats-Unis, mais la Chine », a-t-il ajouté.

« Si la Chine annonce qu’elle se joindra au boycott économique de la Russie –ou même condamnera fermement son opération injustifiée envers l’Ukraine et exigera son retrait– cela pourrait suffisamment secouer Vladimir Poutine pour arrêter cette guerre vicieuse. Ou du moins l’arrêter temporairement, puisque la Russie n’a pas actuellement d’allié important autre que l’Inde », a-t-il ajouté.

Qu’est-ce qui fera que la Chine adoptera cette position ? Friedman répond que les huit dernières décennies de paix entre les grandes puissances ont été la clé de l’essor économique rapide de la Chine, sortant près de 800 millions de Chinois de la pauvreté.

Notant que la croissance continue de la Chine dépend de la stabilité de l’économie mondiale.

Le célèbre écrivain américain a révélé que les penseurs traditionnels chinois estiment que toute guerre qui affaiblit les deux principaux adversaires de la Chine (Amérique et Russie) doit être soutenue par Pékin, mais les faits actuels confirment le contraire.

Il a poursuivi:« La Chine est consciente de ces nouveaux faits, ce qui signifie que si elle va dans le sens de s’emparer de Taïwan, elle pourrait faire face à un grand isolement international, comme c’est actuellement le cas à Moscou.

Il a exprimé son espoir que le président chinois apparaîtrait « un vrai leader mondial et exprimerait son opposition à ce qui arrive à l’Ukraine… et si la Chine choisit une autre voie, le monde deviendra moins stable et prospère ».

Friedman a conclu son article en demandant au président chinois Xi Jinping:« Quelle voie choisirait-elle? ».