SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 26 January 2022, Wednesday |

Une alerte de sécurité au Soudan…

Un état d’alerte sécuritaire a eu lieu mardi dans la capitale soudanaise, Khartoum, à la suite d’appels lancés aux manifestants pour qu’ils se rendent au palais présidentiel.

Aujourd’hui, mardi, des centaines de manifestants à Khartoum et dans un certain nombre d’États ont participé à des manifestations contre le régime militaire, mettant l’accent sur leurs revendications pour un régime civil, deux jours après qu’Abdullah Hamdouk a annoncé sa démission de la présidence du Conseil des ministres.

Les comités de résistance d’Omdurman ont lancé mardi des appels à des défilés vers le palais présidentiel, après quoi un certain nombre de comités et un rassemblement de professionnels soudanais les ont rejoints.

Et l’Association des professionnels soudanais a déclaré, dans un message via son compte Facebook aux « révolutionnaires d’Umbada », hier, lundi : « Vous ne marcherez pas seuls, aujourd’hui les masses de professionnels et d’ouvriers avec vous, jusqu’au palais pour remporter la victoire. »

Mardi, le compte Facebook de l’assemblée a publié des vidéos montrant le rassemblement d’un certain nombre de manifestants dans différentes zones.

Les autorités de sécurité ont fermé un certain nombre de routes principales dans le centre de Khartoum, notamment les rues Al-Jamaa et Al-Mawrada menant au pont du Nil blanc reliant Omdurman et Khartoum, ainsi que les ponts menant à la capitale.

Ces derniers jours, les autorités soudanaises ont pris des mesures de sécurité strictes, notamment en fermant des ponts avec d’énormes conteneurs pour empêcher les manifestants de les traverser et d’atteindre le palais présidentiel, qui est toujours la destination des manifestations appelant à un régime civil.

Lundi, le chef du Conseil de souveraineté au Soudan, le lieutenant-général Abdel Fattah Al-Burhan, a souligné « la nécessité de former un gouvernement indépendant avec des tâches spécifiques auxquelles tous les Soudanais s’engagent, dans cette circonstance historique que traverse le pays.  »

À la suite de la démission d’Hamdok, Al-Burhan a souligné « la nécessité de travailler pour accomplir les tâches de la période de transition, qui consistent à parvenir à la paix et à établir la sécurité, à régler les problèmes de subsistance des gens et à organiser des élections », comme il l’a dit.

Fayez Al-Silik, conseiller médiatique de l’ancien Premier ministre Abdullah Hamdok, a déclaré que les récentes manifestations « confirment la profondeur de la révolution soudanaise et qu’elle avance avec confiance vers ses objectifs ».

Dans son discours à « Erm News », El-Silik a appelé à « la nécessité d’unir les forces révolutionnaires qui souhaitent le régime civil du Soudan ».

Deux manifestants ont été tués, dont l’un a été abattu par les forces de sécurité soudanaises, lors de manifestations dans la capitale, Khartoum, dimanche, selon le Comité central des médecins.