SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 19 September 2021, Sunday |

Une cargaison d’armes avancées a été saisie à l’aéroport de Khartoum, appartenant à la sécurité d’Al-Bashir

Aujourd’hui, dimanche, les autorités de sécurité du Soudan ont annoncé la saisie d’une cargaison d’armes avancées à l’aéroport international de Khartoum, à bord d’un avion en provenance d’Addis-Ababa. L’enquête a révélé qu’elle appartenait à la sécurité du président renversé Omar Al-Bachir.

Un membre du comité  » Suppression des pouvoirs « , Wajdi Saleh, a déclaré que la cargaison saisie comprenait 72 boîtes contenant des fusils automatiques équipés de viseurs de nuit.

Saleh a déclaré dans un communiqué de presse aujourd’hui, dimanche, qu’une partie de la cargaison a fui de l’aéroport vers une destination inconnue.

Saleh a déclaré que, selon les informations, la source de la cargaison est la Russie. Il est probable que la Sécurité populaire – l’appareil de sécurité du parti d’Al-Bashir – soit le bénéficiaire de cette cargaison.

Il est rapporté que le parti du président renversé Omar Al-Bashir possède un appareil de sécurité spécial connu sous le nom de « Sécurité populaire » qui est actif dans les assassinats et la torture, loin du Service des renseignements généraux.

La Sécurité populaire effectue des tâches spéciales au profit du parti du « Congrès national » d’Al-Bashir, sous l’égide d’un secrétariat connu dans le parti sous le nom de « Secrétariat de l’information » – non déclaré – dirigé par les proches dirigeants du régime d’Al-Bashir.

Le membre du comité a indiqué que les autorités de sécurité sont en train de mener les enquêtes nécessaires, et plus de détails devant être annoncés une fois les enquêtes terminées.

Il circule que la Sécurité populaire a prévu de briser le sit-in qui a renversé Al-Bashir en avril de l’année 2019.

Les politiciens et les militants accusent la sécurité populaire d’être impliquée dans la dispersion du sit-in, le 3 juin 2019, qui a fait une centaine de morts et au moins 500 blessés, alors que les autorités enquêtent toujours sur cette affaire par le biais d’un comité dirigé par le juriste Nabil Adeeb.

En avril de l’année 2019, l’armée soudanaise a renversé Al-Bashir sous la pression des protestations populaires condamnant son règne, qui a duré entre (1998-2019).