SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 December 2022, Wednesday |

Une commission de l’ONU exhorte la Chine à libérer et indemniser les détenus du Xinjiang

Un comité des Nations Unies a exhorté la Chine (jeudi 24 novembre 2022) à libérer les personnes détenues dans les centres de détention du Xinjiang et a recommandé à l’État de fournir aux victimes « des traitements et une indemnisation ».

La décision du comité a accru la pression sur la Chine, membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies, pour qu’elle adopte des réformes après qu’un rapport du commissaire aux droits de l’homme de l’organisme mondial en août a déclaré que son traitement des Ouïghours et d’autres musulmans pourrait constituer des crimes contre l’humanité.

Des groupes de défense des droits accusent Pékin d’avoir commis des exactions contre les Ouïghours, une minorité ethnique musulmane qui compte environ 10 millions de personnes au Xinjiang, notamment des travaux forcés de masse dans des camps d’internement. La Chine nie toute violation des droits.

Son porte-parole à la mission diplomatique à Genève, Liu Yuen, a déclaré que Pékin s’oppose fermement à la décision de la commission de l’ONU, affirmant qu’elle « déforme et calomnie la situation des droits de l’homme en Chine sur la base de la désinformation fabriquée par les pays occidentaux et les forces séparatistes anti-chinoises ».

Le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale, composé de 18 membres, surveille régulièrement le respect par les États de la Convention internationale de 1965 sur l’élimination de la discrimination raciale. L’accord inclut la Chine et environ 180 autres pays.

La commission a déclaré que « l’absence d’amélioration de la situation des droits de l’homme au Xinjiang » l’a incitée à adopter les recommandations, qu’elle a qualifiées de résolution.

La résolution a également appelé la Chine à « mener un examen complet de son cadre juridique régissant la sécurité nationale, la lutte contre le terrorisme et les droits des minorités au (Xinjiang) » pour garantir le respect de l’accord.