SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 6 February 2023, Monday |

Une « crise grave » menace l’avancée des forces ukrainiennes

Le journal américain The Wall Street Journal a évoqué ce qu’il a décrit comme une « crise grave » menaçant les progrès militaires ukrainiens sur les champs de bataille, en affirmant que la crise de la maintenance des armes occidentales s’aggrave en raison des divergences entre les alliés.

Le journal a déclaré que les armes fournies par l’Occident à l’Ukraine sont entretenues loin de la ligne de front, où, par exemple, les pièces d’artillerie doivent être transportées à des centaines de kilomètres des champs de bataille pour être réparées dans un pays de l’OTAN.

Il a souligné que certaines des armes occidentales les plus puissantes s’éloignent des champs de bataille en raison de procédures de maintenance complexes et de querelles entre les alliés européens, avertissant que l’indisponibilité de ces armes pendant de longues périodes constitue un défi majeur pour les forces ukrainiennes qui combattent les forces russes.

Les responsables ukrainiens ont déclaré au journal que les armes les plus touchées sont l’artillerie lourde, qui, selon eux, joue un rôle crucial dans leurs récentes offensives réussies. Ils ont expliqué que ces systèmes doivent être entretenus fréquemment en raison de leur utilisation intensive.

Le journal a cité un haut responsable de l’OTAN qui a déclaré que « comme Kiev n’a reçu qu’un nombre limité de ces systèmes, leur absence du front, ainsi que d’autres facteurs tels que la météo, pourraient ralentir la progression des forces ukrainiennes. »

Le responsable, qui a requis l’anonymat, a expliqué qu’en plus des systèmes allemands et britanniques, le système américain « HIMARS », qui a aidé Kiev à suivre les Russes, souffre de certains problèmes qui nécessitent son transfert hors du pays pour être réparé.

Quant aux « obusiers » fournis par Berlin, connus sous le nom de « PzH2000 », de hauts responsables allemands ont déclaré qu’ils devraient être transférés en Lituanie pour y être réparés. C’est-à-dire à environ 900 miles du front de Kherson, dans le sud de l’Ukraine. Les États-Unis et la Grande-Bretagne ont donné d’autres armes par l’intermédiaire de la Pologne.

Les responsables allemands ont expliqué au journal américain que Varsovie a refusé de permettre à Berlin d’installer un centre de service en Pologne, notant qu’elle avait plutôt demandé « que les fabricants allemands fournissent des informations techniques confidentielles afin qu’une société contrôlée par l’Etat polonais puisse effectuer ce travail », ce que le gouvernement allemand a refusé.

En échange, le gouvernement allemand s’est tourné vers la Slovaquie, qui a accepté d’accueillir un centre de service allemand qui devrait ouvrir fin décembre.

Les responsables allemands ont critiqué la « mauvaise utilisation » des PzH2000 par les forces ukrainiennes, affirmant que les Ukrainiens tiraient avec l’artillerie plus que le maximum recommandé (environ 100 cartouches par jour), ce qui nécessitait un entretien et des réparations fréquents en raison de l’utilisation intensive des armes.