SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 October 2022, Tuesday |

Une deuxième installation nucléaire en Ukraine a été bombardée

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a déclaré lundi avoir reçu des informations selon lesquelles des tirs d’artillerie avaient endommagé un centre de recherche nucléaire à Kharkiv, la deuxième plus grande ville d’Ukraine assiégée par les forces russes, rassurant que les bombardements n’avaient pas eu de « conséquences radioactives ».

L’organisme des Nations Unies basé à Vienne a déclaré avoir été informé par les autorités ukrainiennes que l’installation nucléaire de l’Institut de physique et de technologie de Kharkiv avait été soumise à des tirs d’artillerie dimanche sans aucune augmentation des niveaux de rayonnement sur le site.

L’Institut de physique et de technologie de Kharkiv est un institut de recherche qui produit des matières radioactives pour des applications médicales et industrielles.

L’Agence a été assurée que « le stock de matières radioactives du site est très faible », soulignant que « les dommages signalés n’auront aucune conséquence radioactive ».

« Nous avons été témoins de nombreux incidents qui mettent en danger la sécurité des sites nucléaires ukrainiens », a déclaré le directeur général de l’AIEA, Rafael Mariano Grossi.

Pendant des jours, Kharkiv a été sous les tirs d’artillerie lourde et de roquettes des forces russes qui tentaient d’accroître la pression sur l’Ukraine pour qu’elle se rende.

Depuis vendredi, l’armée russe occupe la centrale nucléaire de Zaporizhzhia dans le sud-est de l’Ukraine, où un incendie qui, selon Kiev, a été causé par des tirs d’artillerie russes a été déclenché, ce que Moscou nie.

Seuls deux de ses six réacteurs nucléaires sont opérationnels à la centrale.

Vendredi, Grossi a exprimé sa volonté de se rendre à Tchernobyl, le site du plus grand accident nucléaire de l’histoire en 1986, dans le but de négocier avec Moscou et Kiev la question d’assurer la sécurité des sites nucléaires ukrainiens.

    la source :
  • AFP