SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 January 2023, Monday |

Une équipe française en Ukraine pour enquêter sur les « crimes de guerre » commis autour de Kiev

L’ambassadeur de France en Ukraine, Etienne de Bonsan, a annoncé lundi l’arrivée d’une équipe française de spécialistes de la « gendarmerie » en Ukraine pour participer aux « enquêtes sur les crimes de guerre commis autour de Kiev ».

De Ponsan a écrit dans un tweet sur Twitter qu’il s’agissait de la « première » unité d’enquêteurs étrangers « fournissant une telle assistance », soulignant la « solidarité » de la France avec l’Ukraine.

« Nous sommes fiers d’accueillir à Lviv le détachement de gendarmerie technique et scientifique venu assister leurs camarades dans les enquêtes sur les crimes de guerre commis autour de Kiev », a-t-il ajouté.

Le tweet, qui a également été traduit en ukrainien, a été joint par l’ambassadeur avec les drapeaux français et ukrainien.

A Paris, les ministères français des Affaires étrangères, de l’Intérieur et de la Justice ont annoncé dans un communiqué commun qu’« une équipe technique du ministère de l’Intérieur, chargée d’apporter son expertise dans l’identification et la collecte de preuves aux autorités ukrainiennes, est arrivée ce matin en Ukraine ».

« En accord avec les autorités ukrainiennes, l’équipe peut également contribuer à l’enquête de la Cour pénale internationale », ajoute le communiqué.

L’ambassadeur de France a accompagné son tweet d’une photo sur laquelle une quinzaine de gendarmes – dont une femme – apparaissaient en uniformes bleus, derrière un camion blanc appartenant à l’Institut de Recherches Criminelles de la gendarmerie, sur lequel était inscrit « Un laboratoire mobile d’ADN ».

Dans leur communiqué commun, les trois ministères français précisent que ces gendarmes sont « experts des scènes de crime et de l’identification des victimes ».

Parmi cette équipe figurent également deux médecins légistes qui « pourront mener une série d’examens et identifier l’identité des corps », selon le communiqué.

Moscou n’a pas tardé à critiquer l’initiative française.

Le ministère russe de la Défense a déclaré qu’« il n’est pas possible de s’appuyer sur une enquête impartiale » de cette unité de gendarmerie française en raison de la « partialité de ces spécialistes ».

Le ministère est allé plus loin en exprimant sa crainte que ces enquêteurs français ne tentent de « cacher les nombreux crimes de guerre » que Moscou accuse d’avoir commis et de « fabriquer des accusations contre les forces russes ».

    la source :
  • Alhurra