SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 December 2022, Friday |

Une étude révèle d’énormes lacunes dans les plans des pays pour lutter contre le changement climatique

Un rapport (mercredi 19-10-2022) a déclaré que les récentes promesses des pays de lutter contre le réchauffement climatique dans le cadre de l’Accord de Paris sont « terriblement insuffisantes » pour éviter la hausse des températures mondiales qui, selon les scientifiques, exacerbera les sécheresses, les tempêtes et les inondations.

La Charte de 2015, lancée lors d’un sommet des Nations Unies sur le climat, exige que 194 pays fournissent des détails sur leurs plans de lutte contre le changement climatique dans ce que l’on appelle des contributions déterminées au niveau national.

Le rapport, intitulé « L’état des contributions déterminées au niveau national: 2022 », indique que les initiatives s’étaient engagées en septembre à réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre de seulement sept pour cent des niveaux de 2019 d’ici 2030. Le rapport a été rédigé par le World Resources Institute, un groupe de recherche mondial à but non lucratif.

Les pays devraient augmenter leurs objectifs d’environ six fois, ou au moins 43%, pour s’aligner sur ce que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat des Nations Unies dit être un niveau suffisant pour atteindre l’objectif de l’Accord de Paris de limiter la hausse de la température mondiale de 1,5 degré Celsius, indique le rapport.

L’initiative actuelle propose de réduire les émissions de 5,5 gigatonnes par rapport aux objectifs initiaux fixés en 2015, ce qui équivaut à peu près à éliminer les émissions annuelles des États-Unis. Mais les pays n’ont promis que dix pour cent de cette réduction depuis 2021.

« Si l’amélioration se poursuit au même rythme que de 2016 à aujourd’hui, non seulement le monde ne parviendra pas à atteindre les objectifs de l’Accord de Paris, mais s’en éloignera de manière significative », indique le rapport.

Les négociations du sommet sur le climat de cette année, prévues le mois prochain en Égypte, se concentreront sur la réduction des émissions de méthane, un gaz à effet de serre et beaucoup plus fort que le dioxyde de carbone au cours de ses 20 premières années dans l’atmosphère.

    la source :
  • Reuters