SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 8 December 2022, Thursday |

Une grave crise…Le Sri Lanka impose le système des « quotas de carburant »

Le Sri Lanka est confronté à une crise financière étouffante, que ce pays asiatique n’a pas connue depuis des décennies, et le pays connaît une vague de protestations dans les rues en raison de la hausse des prix et de l’aggravation de la crise économique.

Dans ce contexte, le Sri Lanka a annoncé dimanche des « rations hebdomadaires de carburant » pour les automobilistes, avec de graves pénuries et des files d’attente extrêmement longues devant les stations-service, dont peu sont encore en activité.

Le ministre de l’Énergie, Kanchana Wijesekera, a déclaré que la société publique Ceylon Petroleum Corporation avait du mal à financer les importations de pétrole, alors que la consommation a augmenté en raison des pénuries d’électricité et de GPL.

« Nous n’avons pas d’autre choix que d’enregistrer les consommateurs dans les stations-service et de leur donner un quota hebdomadaire, afin que nous puissions renforcer la situation financière, j’espère que ce système sera appliqué dès la première semaine de juillet », a ajouté le ministre.

Le Sri Lanka est plongé dans la pire crise économique qu’il ait connue depuis des décennies, car il n’est pas en mesure d’importer des produits de première nécessité comme la nourriture, le carburant et les médicaments, en raison d’un manque de réserves de devises.

À la mi-avril, le gouvernement a ordonné à toutes les stations-service de ne pas pomper plus de 4 litres d’essence pour une moto, 5 litres pour un véhicule à trois roues et 19,5 litres d’essence ou de diesel pour les voitures et les véhicules 4×4.

Dans le cadre de ce système, de nombreux conducteurs ont commencé à remplir leurs réservoirs, à les vider dans des bidons pour créer un stock temporaire et à faire la queue pour en obtenir davantage.

Cette semaine, les files d’attente aux stations-service deviennent de plus en plus longues, avec des centaines de voitures et des milliers de motos qui attendent, parfois pendant plusieurs jours.

Il y a deux semaines, le Sri Lanka a reçu une cargaison de pétrole brut russe à raffiner sur l’île, mais le produit final de la raffinerie de Sapugaskanda représentait moins d’un dixième des besoins quotidiens du pays.

Le ministre sri-lankais de l’énergie a déclaré que le gouvernement sri-lankais avait également contacté l’envoyé de Moscou à Colombo pour aider à sécuriser les fournitures directes de pétrole russe.

    la source :
  • Sputnik