SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 December 2022, Monday |

Une initiative des Nations Unies pour aider les enfants et les femmes de l’ETAT ISLAMIQUE sont coincés en Syrie

Le profil des familles de l’Etat islamique dans les camps en Syrie et en Irak est l’un des sujets de préoccupation les plus importants pour la communauté internationale, qui n’est toujours pas résolu, avec des implications humanitaires et sécuritaires.

Les Nations Unies ont lancé une initiative visant à aider les États à récupérer leurs citoyens pris au piège dans des camps de réfugiés en Irak et en Syrie.

Elle a déclaré sur son site Web, mercredi, que l’initiative, appelée « Cadre mondial pour le soutien des Nations Unies aux rapatriés d’autres pays en Syrie et en Irak », vise à aider au moins 42 000 femmes et enfants de ressortissants étrangers vivant encore dans des « conditions déplorables et surpeuplées à l’intérieur de camps dans le nord-est de la Syrie » après l’élimination de l’Etat islamique.

Pas de services de base

Dans un message vidéo, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré que beaucoup de ces personnes avaient passé plus de cinq ans sans services de base dans des conditions de plus en plus difficiles.

Ils sont systématiquement privés des droits de l’homme, a déclaré António Guterres, ajoutant : « Dans le même temps, les victimes et les survivants d’actes terroristes sont privés de justice et de soutien, tandis que les auteurs restent impunis. »

Dans ce contexte, le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies a souligné que tant que ces questions relatives aux droits de l’homme ne seront pas traitées de manière globale, la communauté internationale continuera de faire face à des risques à long terme pour la sécurité.

Des milliers d’enfants et de femmes dans les camps

Les Nations Unies estiment qu’environ 30 972 Iraquiens, 11 136 femmes et enfants étrangers d’environ 60 autres pays, restent dans des camps dans le nord-est de la Syrie.

Certains s’étaient rendus dans la zone de conflit pour rejoindre les combats, d’autres étaient partis après avoir promis une vie meilleure, tandis que d’autres avaient été forcés de s’y rendre par des membres de leur famille ou des dirigeants communautaires.

D’autres ont peut-être commis des crimes sous la contrainte ou après la traite, alors que certains étaient encore des enfants et d’autres y sont nés.

Moins de 12 ans

Les Nations Unies suggèrent qu’environ 77% des enfants dans les camps ont moins de 12 ans et 33% ont moins de cinq ans.

Le camp d’Al-Hawl, qui abrite plus de 60 000 personnes, principalement des enfants de familles de l’Etat islamique, est situé dans la campagne de la province de Hasaka, dans le nord-est de la Syrie.

Le camp compte également plus de 30 ONG internationales et de nombreuses autres organisations locales, et aide quelque 20 000 Syriens déplacés avec quelque 30 000 réfugiés irakiens et plus de 11 000 épouses et enfants de combattants de groupes extrémistes.

    la source :
  • alarabiya