SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 November 2022, Wednesday |

Une manifestation massive à Bagdad… et des photos de militants qui ont été assassinés

Les cris des jeunes irakiens sont revenus dans la capitale, Bagdad, aujourd’hui, vendredi, pour corriger la boussole des revendications et des directions, à moins de deux semaines de la date des élections prévues pour le dix octobre.

Des centaines de personnes ont afflué dans la capitale irakienne pour marquer le deuxième anniversaire du début des protestations populaires sans précédent en 2019.

Au milieu d’une forte présence sécuritaire, les manifestants, qui ont marché vers la place Tahrir, ont brandi des drapeaux irakiens et des photos de jeunes hommes tués lors des précédentes manifestations, qui ont coûté la vie à environ 600 personnes et fait plus de 30 000 blessés.

Nous voulons un pays, nous voulons un changement

Les manifestants brandissaient également des photos de militants assassinés au cours des deux dernières années, dont Ihab al-Wazni, chef de la coordination des manifestations à Karbala, qui a été abattu en mai dernier par des hommes armés devant sa maison avec des pistolets équipés de silencieux.

D’autres personnes tenaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : « Quand verrons-nous les tueurs en prison » et « Nous voulons une patrie, nous voulons le changement », selon l’Agence France-Presse.

Les manifestants ont également exigé que les mêmes visages ne soient pas élus lors des élections prévues dans environ deux semaines, qui, selon de nombreux observateurs, n’apporteront pas de grands changements.

Certaines des expressions portaient également le slogan « Elire les mêmes visages est un massacre pour la patrie », « Non, non aux partis corrompus, non aux politiciens corrompus » et « N’élisez pas ceux qui m’ont tué ».

Cette manifestation intervient dans un contexte de sentiment de frustration et de désespoir des militants quant à la possibilité que les élections législatives anticipées apportent un quelconque changement, d’autant plus que le pays est toujours englué dans de nombreuses crises telles que les coupures d’électricité, le manque de services, la détérioration de la situation économique et le chômage élevé chez les jeunes, conséquence d’années de guerres et de corruption chronique.

Malgré cela, certaines personnes ont brandi aujourd’hui des slogans empreints d’un certain optimisme, tels que « la révolution se répandra dans le pays plus vite que le virus Corona, et il n’existe pas de vaccin contre celui-ci. »

Il convient de noter que depuis le déclenchement des manifestations populaires en Irak en octobre 2019, plus de 70 militants ont été assassinés ou ont fait l’objet de tentatives d’assassinat, tandis que des dizaines d’autres ont été kidnappés pour de courtes périodes.

Aucune partie n’a revendiqué la responsabilité des assassinats et des enlèvements des militants, mais les manifestants en accusent de puissantes factions pro-iraniennes.

    la source :
  • alarabiya