SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 December 2021, Sunday |

Une milice pro-iranienne en Irak accuse les Emirats Arabes Unis d’avoir falsifié les résultats des élections

Les milices fidèles à l’Iran continuent de remettre en cause les résultats des récentes élections législatives, pour camoufler leur échec et leur sortie de la scène parlementaire en Irak.

Le mouvement Asa’ib Ahl al-Haq en Irak, qui a participé aux récentes élections dans le cadre du « bloc Sadiqoon », a affirmé aujourd’hui, mercredi, que les Émirats arabes unis sont le principal acteur dans le truquage des récentes élections législatives.

Il a souligné que la Commission électorale avait renié ses promesses, dont la plus importante était de fournir aux observateurs les enregistrements dès la fin du vote.

Un membre du bureau politique du mouvement, Saad al-Saadi, a déclaré que « la falsification des élections est une possibilité, même dans les grands pays, et l’Irak y est vulnérable », selon « l’Agence d’information ».

Et il a estimé que « les récentes élections sont les pires de l’histoire du processus politique en Irak », expliquant que « la mission des Nations unies a ignoré les violations manifestes qui ont été diagnostiquées ».

Al-Saadi a confirmé que « la réticence de la Commission électorale à annoncer les résultats complets soulève de grands soupçons », notant que « la coalition Fateh a soumis environ 107 plaintes rouges documentées avec des preuves suffisantes ».

Et le journaliste proche de la Mobilisation populaire, Ahmed Abdel-Sada, avait confirmé, dans une interview télévisée, la possibilité de mener une attaque au missile sur les Emirats Arabes Unis pour sa manipulation des résultats des élections irakiennes.

Soulignant la possibilité d’utiliser des drones et des missiles balistiques pour cibler les Émirats arabes unis.

Aujourd’hui, lundi, le commandement des opérations conjointes irakiennes a commenté la menace du PMF de bombarder les Émirats arabes unis, sous prétexte de sa manipulation des résultats des élections législatives anticipées.

Le porte-parole de la direction, le général de division Tahsin al-Khafaji, a déclaré, dans des déclarations avec « Agence de presse Shafak « , que « l’Irak ne permet pas qu’il soit un tremplin pour attaquer les pays voisins, la région et tous les pays du monde ».

Il a également souligné que les forces armées ne permettront aucune transgression contre l’Irak.

Les résultats préliminaires des élections parlementaires irakiennes ont montré que le mouvement sadriste a remporté 73 sièges sur 329 au Parlement, suivi par le bloc « Progrès » dirigé par le président du Parlement dissous Muhammad Halbousi avec 38 sièges.

Et a occupé le bloc « État de droit » dirigé par Nouri al-Maliki avec 37 sièges.