SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 October 2022, Friday |

Une nouvelle décision dans l’affaire de la réouverture de la candidature au poste de président de l’Irak

Aujourd’hui, mercredi, la Cour suprême fédérale d’Irak a annoncé une nouvelle décision dans l’affaire de rouvrir la nomination au poste de président de la République.

Et l’agence de presse irakienne a déclaré que:« la Cour fédérale avait tenu sa séance délibérante dans le procès pour faire appel de la décision d’ouvrir la porte à la candidature au poste de président de la République n ° (4) le 8 février 2022 ».

Elle a ajouté:« Le tribunal a décidé aujourd’hui, mercredi, de reporter l’affaire au 1er mars prochain ».

La session du 7 février, au cours de laquelle la Chambre des représentants devait voter sur les candidats à la présidence, n’a pas eu lieu, faute de blocs politiques, à l’exception d’une alliance qui comprend un groupe de députés « indépendants ».

Le deuxième vice-président du parlement, Shakhwan Abdullah, a confirmé qu’il n’y avait pas de consensus politique pour résoudre la question de la session de l’élection présidentielle.

Cela survient après que la Cour fédérale a déclaré inconstitutionnelle la nomination du chef du Parti démocratique du Kurdistan, Hoshyar Zebari, au poste de président et l’a exclu de la nomination, après avoir rendu une décision à l’avance pour arrêter les procédures pour son candidature.

Entre-temps, la Présidence de la Chambre des Représentants a rendu une décision d’ouvrir la porte à la candidature au poste de Président de la République, à partir du 9 février, pour une période de (3) jours.

La session du 7 février, au cours de laquelle la Chambre des représentants devait voter sur les candidats à la présidence, n’a pas eu lieu, faute de blocs politiques, à l’exception d’une alliance comprenant un groupe de députés « indépendants », où le deuxième vice-président du Parlement, Shakhwan Abdullah, a confirmé, L’absence de consensus politique pour résoudre la question de la session de l’élection présidentielle.

Cela survient après que la Cour fédérale a déclaré inconstitutionnelle la nomination du chef du Parti démocratique du Kurdistan, Hoshyar Zebari, au poste de président et l’a exclu de la nomination, après avoir rendu une décision à l’avance pour arrêter les procédures pour son candidature, tandis que la Présidence de la Chambre des Représentants a pris la décision d’ouvrir la porte à l’investiture au poste de Président de la République dès le début, à partir du 9 février pour 3 jours.