SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 December 2022, Monday |

Une rencontre prévue entre Lavrov et son homologue ukrainien

Après avoir accueilli la première rencontre directe entre les délégations de la Russie et de l’Ukraine mardi dernier, et malgré le peu de résultats obtenus sur le terrain, la Turquie a annoncé jeudi qu’il est possible que le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, rencontre son homologue ukrainien, Dmytro Kuleba, d’ici une semaine ou deux pour des entretiens de haut niveau, afin de trouver une solution au conflit qui existe entre les deux pays depuis plus d’un mois.

« Une réunion à un niveau plus élevé, au moins au niveau des ministres des Affaires étrangères, pourrait avoir lieu d’ici une semaine ou deux », a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Çavuşoğlu, dans une interview télévisée, tout en notant qu’ « il est impossible de prévoir une date. »

Dans le même temps, Çavuşoğlu a exprimé ses critiques à l’égard des deux parties, affirmant que les résultats des pourparlers d’Istanbul entre les deux parties ne sont pas mis en œuvre sur le terrain, selon Reuters.

Il a également souligné que les deux parties ont utilisé des forces étrangères et des mercenaires pour combattre sur le sol ukrainien.

Simultanément, le ministère russe des affaires étrangères a annoncé que Lavrov ne refuserait pas de rencontrer son homologue ukrainien, si les discussions étaient objectives et significatives.

Les négociations, qui ont eu lieu pendant quatre heures dans l’un des palais présidentiels d’Istanbul mardi dernier, entre les deux délégations, ont porté sur les garanties de sécurité demandées par l’Ukraine, ainsi que sur la question de la neutralité, de l’adhésion à l’OTAN et du statut de la Crimée, en plus de la nécessité de formuler l’accord final lors d’un sommet entre le président ukrainien Volodymyr Zelensky et son homologue russe Vladimir Poutine.

Moscou confirme que les garanties de sécurité ne s’appliquent pas aux régions de Crimée et de Donbass.

Les deux parties avaient précédemment tenu 4 séries de discussions dans le but de parvenir à une solution pour mettre fin aux combats, qui sont entrés jeudi dans leur 36e jour, la dernière ayant duré plus de deux semaines par vidéo. Cette rencontre a été précédée d’une session organisée à la frontière biélorusse, et d’une autre à la frontière polonaise. Cependant, aucune de ces discussions, lancées quatre jours après l’opération militaire russe (28 février), qualifiée de difficile et complexe, n’a encore abouti à un règlement mettant fin au conflit.

Alors que Moscou adhère à la « neutralité » du voisin occidental, au désarmement de ses armes nucléaires ou de celles qui représentent une menace pour lui, ainsi qu’à sa non-adhésion à l’OTAN, Kiev continue d’exiger sa souveraineté sur son territoire et des garanties de sécurité qui empêchent un futur conflit ou une future attaque russe.

    la source :
  • alarabiya