SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 December 2022, Saturday |

Une session à huis clos au Conseil de sécurité aujourd’hui sur le Soudan

Des diplomates ont déclaré que le Conseil de sécurité de l’ONU discutera probablement de la situation au Soudan lors d’une réunion à huis clos aujourd’hui, mardi, tandis que les correspondants d’ « Al-Arabiya » et d’ « Al-Hadath » ont rapporté que les communications sont coupées depuis 12 heures du matin au Soudan et que seuls les appels peuvent être reçus, et que le service Internet est toujours coupé depuis hier .

Des sources diplomatiques ont indiqué que la Grande-Bretagne, l’Irlande, la Norvège, l’Amérique, l’Estonie et la France ont demandé la tenue de la réunion du conseil pour discuter des développements au Soudan.

Et les États-Unis ont appelé le Soudan, lundi, à revenir immédiatement à la situation antérieure, sans conditions préalables.

De même, le ministre des affaires étrangères, Antony Blinken, a déclaré que son pays rejette la dissolution du gouvernement de transition au Soudan, notant que l’administration Biden travaille en étroite collaboration avec ses partenaires et qu’il est urgent d’élaborer une approche diplomatique commune pour faire face à l’évolution de la situation et prévenir la déstabilisation du Soudan et de la région.

Auparavant, le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, avait annoncé que les États-Unis avaient suspendu une aide de 700 millions de dollars au Soudan après les événements actuels, ajoutant que ces fonds étaient destinés à soutenir la transition démocratique dans le pays.

Le commandant en chef de l’armée soudanaise, Abdel-Fattah Al-Bourhan, avait annoncé, plus tôt dans la journée de lundi, la suspension d’articles du document constitutionnel, dans le cadre d’un ensemble de décisions comprenant la déclaration de l’état d’urgence et la dissolution du Conseil de souveraineté et du Conseil des ministres.

De plus, Al-Bourhan a également annoncé la suspension de certains articles du document constitutionnel, malgré l’affirmation de son engagement envers la plupart de ses articles et son adhésion à l’accord de paix de Jouba.

Dans un discours télévisé diffusé aujourd’hui, lundi, sur la télévision d’État, Al-Bourhan a déclaré que l’armée avait pris ces mesures dans le but de protéger la révolution et le pays, promettant de former un nouveau gouvernement.

En outre, il a souligné que les Soudanais rejettent la domination d’un parti ou d’un seul individu, affirmant : « L’histoire confirme que le peuple soudanais a refusé d’être dirigé par un individu ». Il a estimé que les forces armées ont répondu à la révolution des jeunes, ajoutant : « La révolution se poursuit avec la détermination de la jeunesse et les forces armées sont engagées dans ses objectifs. »

Il convient de noter que le pays a connu à l’aube une série d’arrestations parmi lesquelles figuraient des ministres, des dirigeants de plusieurs partis, ainsi que les Forces pour la liberté et le changement, dont Yasser Arman, ainsi que le conseiller médiatique du premier ministre, Faisal Muhammad Salih.

    la source :
  • alarabiya