SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 September 2022, Thursday |

Une tactique militaire imposée par la guerre en Ukraine

Une nouvelle tactique connue sous le nom d’ « échange des armes » est apparue sur la scène internationale depuis le déclenchement de la guerre russo-ukrainienne le 24 février.

La nouvelle tactique consiste à échanger certains types d’armes nécessaires aux combats actuels en Ukraine avec d’autres armées, en échange de quoi les alliés de l’Ukraine fournissent à ces pays ce dont ils ont besoin d’autres types d’armes dans le cadre d’accords compensatoires.

Dans la continuité de la « livraison circulaire » d’armes, le ministère allemand de la défense a annoncé, vendredi, que la Grèce fournira à l’Ukraine 40 véhicules de combat d’infanterie BMP-1 de fabrication soviétique, tandis qu’Athènes recevra 40 véhicules de combat d’infanterie Marder provenant de stocks industriels allemands à la place des pièces que la Grèce envoie à l’Ukraine.

La ministre allemande de la Défense, Christine Lambrecht (Parti social-démocrate), et son homologue grec, Nikos Panagiotopoulos, ont convenu d’entamer un échange d’équipements et du nombre de véhicules blindés de transport de troupes que l’Allemagne livrera à la Grèce en échange des armes susmentionnées que la Grèce enverra à l’Ukraine.

L’Ukraine a besoin de types d’armes qui reposent sur la technologie russe, dont les plus importants sont les systèmes de défense aérienne, les chasseurs et les missiles à longue portée, afin de pouvoir affronter les forces russes qui utilisent les mêmes armes.

Ainsi, les forces armées ukrainiennes sont rapidement approvisionnées en systèmes soviétiques qui ne nécessitent aucune formation supplémentaire et qui sont disponibles pour la Grèce, et en retour, la Grèce recevra des armes allemandes à la place.

Il convient de noter que les pays de l’OTAN avaient convenu avec certains pays qui possédaient des armes soviétiques, comme la Pologne, la République tchèque, la Grèce et la Slovaquie, de fournir à l’Ukraine les systèmes dont elle avait besoin en échange d’une compensation pour ces pays sous la forme d’armes alternatives de technologie occidentale.

L’idée d’échanger des armes dans le cadre de la « livraison circulaire » est apparue peu après le début de la guerre en Ukraine. L’objectif était de fournir à l’Ukraine des armes lourdes le plus rapidement possible.

Comme les forces armées ukrainiennes n’avaient pas besoin d’une formation supplémentaire aux systèmes d’armes soviétiques, il semblait à l’époque que la fourniture de ces armes était le moyen le plus rapide de soutenir Kiev.