SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 8 December 2022, Thursday |

Une tension sans précédente.. Les déclarations de Macron compliquent les relations franco-algériennes

Les autorités algériennes ont décidé de fermer l’espace aérien algérien aux avions militaires français qui effectuent leurs missions dans la région du côte africaine (Sahel africain).

A son tour, un porte-parole des forces armées françaises a confirmé aujourd’hui, dimanche, que « l’Algérie a fermé son espace aérien aux avions militaires français. »

« Nous avions deux vols préprogrammés, que nous avons dû reporter », a ajouté le porte-parole, tout en précisant : « Il n’y aura pas d’impact majeur sur nos opérations au Sahel. »

Hier, samedi, les autorités algériennes ont annoncé qu’elles avaient immédiatement convoqué l’ambassadeur d’Algérie à Paris pour des consultations, alors que les relations algéro-françaises connaissent des tensions, que les analystes qualifient de « sans précédent. »

La décision d’interdire les avions militaires intervient après que l’Algérie a convoqué son ambassadeur à Paris, Mohamed Antar Daoud, pour consultations, samedi, après des déclarations attribuées par des médias français au président Emmanuel Macron dans lesquelles il s’adresse à son homologue algérien, Abdelmadjid Tebboune et à son régime.

Selon un article du journal Le Monde, les propos attribués à Macron se rapportent à une réunion tenue jeudi entre le président français et de jeunes descendants de personnes ayant participé à la guerre d’indépendance de l’Algérie (1954-1962). Lors de cette rencontre, le président français a estimé que l’Algérie, après son indépendance en 1962, s’est construite sur « un héritage du passé » préservé par « le système politico-militaire ».

Macron a parlé, selon le journal, d' »une histoire officielle complètement réécrite, et qui ne repose pas sur des faits » mais plutôt sur « un discours fondé sur la haine de la France. »

Et Il a ajouté : « Il est clair que le régime algérien est épuisé, le mouvement de 2019 l’a affaibli », considérant que « Tebboune est coincé dans un régime très difficile. »

En outre, la présidence de la République algérienne a déclaré que « contre les fausses déclarations de plusieurs sources françaises attribuées au président français, l’Algérie rejette catégoriquement toute ingérence dans ses affaires intérieures, ce qui a été affirmé dans ces déclarations. »

Un porte-parole de l’état-major français, le colonel Pascal Ianni, a déclaré à l’AFP que la démarche algérienne « n’affectera pas les opérations ou les missions de renseignement » menées par la France dans la région du Sahel.