SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 12 August 2022, Friday |

Washington appelle à la « responsabilité » à propos de l’affaire de Shireene Abou Akleh

Aujourd’hui, mercredi, les États-Unis ont appelé à rendre des comptes sur le meurtre de la journaliste américano-palestinienne Shireen Abou Akleh, dont le meurtre lors d’un raid israélien en Cisjordanie devrait être un problème majeur lors de la visite actuelle du président Joe Biden au Moyen-Orient. Est.

Shireen, qui travaillait pour Al Jazeera, a reçu une balle dans la tête le 11 mai alors qu’elle couvrait un raid israélien dans la ville de Jénine en Cisjordanie occupée.

Les Palestiniens pensent qu’elle a été délibérément tuée par les forces israéliennes. Israël nie que ses soldats lui aient délibérément tiré dessus et dit qu’elle a peut-être été tuée soit par des tirs erronés de l’armée, soit par une balle tirée par un tireur palestinien.

Washington a jusqu’à présent conclu qu’il avait très probablement été touché par une balle israélienne, mais dit qu’il n’a aucune raison de croire que c’était intentionnel.

S’adressant aux journalistes d’Air Force One avec Biden alors qu’il se dirigeait vers la région, le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a réitéré cette position, mais a déclaré que Washington ne considérait pas le problème comme clos.

« L’administration, sous la direction du président, a été très impliquée pour essayer de déterminer exactement ce qui s’est passé dans les circonstances tragiques de sa mort », a-t-il ajouté.

«Des efforts doivent être faits en matière de responsabilité et en s’assurant que nous trouvons un moyen de tourner la page équitablement. Elle était journaliste, citoyenne américaine. Le président, le secrétaire d’État, toute l’équipe pleure la famille.

Il a déclaré que le secrétaire d’État Anthony Blinken s’était entretenu avec sa famille et l’avait invitée à une réunion à Washington.

Des journalistes palestiniens se sont réunis mercredi dans la ville de Gaza pour demander « justice » pour Shireen Abu Akleh, qui était l’une des journalistes les plus en vue couvrant le conflit.

Muhammad Yassin, directeur du Forum des médias palestiniens, a déclaré : « Nous sommes venus dans le cadre de la réception du président américain Biden lors de sa première visite dans la région pour exiger la nécessité de protéger les journalistes palestiniens et de tenir l’occupation responsable du crime d’assassinat de notre collègue. Shireen Abou Akleh, qui avait la nationalité américaine. »

Yassin a ajouté que 50 journalistes palestiniens ont été tués par Israël depuis 2000.

Israël affirme que des militants palestiniens étaient engagés dans un affrontement avec ses forces sur le site du meurtre d’Abu Aqleh, ce qui a rendu difficile la détermination des circonstances exactes, mais que ses forces n’ont pas tiré sur eux délibérément.

Les Palestiniens disent qu’elle a reçu une balle dans la tête et d’autres preuves qu’elle a été délibérément prise pour cible. Ils se sont engagés à poursuivre l’affaire devant la Cour pénale internationale.

    la source :
  • Reuters