SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 December 2022, Wednesday |

Washington dément que Tel Aviv l’ait informé sur la classification des institutions palestiniennes comme « terroristes »

Hier, lundi, l’administration américaine a démenti que Tel Aviv l’ait informée à l’avance de son intention de désigner 6 institutions palestiniennes comme organisations terroristes, ce qui dément le récit israélien de cette question.

C’est ce qu’a déclaré à la presse le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, en réponse à une question sur l’insistance de Tel-Aviv à dire qu’il avait informé les États-Unis avant d’inscrire les institutions palestiniennes sur la liste des organisations terroristes.

« À notre connaissance, nous n’avons pas reçu de notification précise et spécifique de classements imminents de cette nature », a déclaré Price.

Et vendredi dernier, le département d’État américain a révélé pour la première fois que le gouvernement israélien n’avait pas notifié Washington avant de désigner 6 organisations non gouvernementales palestiniennes comme organisations terroristes.

De plus, Price avait alors précisé que Washington demanderait à Tel-Aviv de clarifier les motifs qu’il avait adoptés pour classer les organisations civiles palestiniennes comme organisations terroristes.

Vendredi dernier, le gouvernement israélien a annoncé l’expulsion de 6 institutions civiles palestiniennes sous le prétexte de leur association avec le Front populaire de libération de la Palestine.

Et le journal israélien « Jerusalem Post » a déclaré – sur son site web – que la décision avait été prise par le ministère israélien de la Justice.

En outre, le journal a ajouté que la décision inclut la Fondation « Addameer » pour les soins aux prisonniers et les droits de l’homme, la Fondation du droit pour les droits de l’homme, le Centre « Bisan », le Réseau « Samidoun » pour la défense des prisonniers, le Mouvement international pour la défense de l’enfant – Palestine, et l’Union des comités de travail agricole.

Aussi, le journal israélien a souligné que la décision classait ces institutions comme le bras du Front populaire de libération de la Palestine.

Israël classe le Front populaire de libération de la Palestine parmi les organisations terroristes.

Pendant des années, Israël a interdit des dizaines d’organisations humanitaires et de défense des droits de l’homme opérant dans les territoires palestiniens.