SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 24 September 2022, Saturday |

Washington est « troublé » par les agissements de la police israélienne lors des funérailles de Shireen Abu Akleh

La Maison Blanche a exprimé, vendredi, sa « grande inquiétude » face aux violences menées par la police israélienne lors des funérailles de la journaliste américano-palestinienne Shireen Abu Akleh, tuée mercredi alors qu’elle couvrait une opération de l’armée israélienne en Cisjordanie occupée.

La porte-parole Jen Psaki a déclaré:« Nous avons vu toutes ces images, et elles sont très troublantes. Nous regrettons d’avoir interféré avec ce qui aurait dû être des funérailles tranquilles.

De son côté, l’Union européenne a exprimé sa « consternation » face à l’usage « inutile » de la force par les forces israéliennes lors des funérailles.

Le Croissant-Rouge palestinien a déclaré que 33 personnes avaient été blessées lors des funérailles, dont six ont été transportées à l’hôpital, tandis que la police israélienne a déclaré avoir arrêté six personnes.

La délégation de l’Union européenne auprès des Palestiniens a écrit sur Twitter:« Ils sont consternés par la violence sur le campus de l’hôpital Saint-Joseph et le niveau de violence insensée pratiqué par la police israélienne tout au long de la cérémonie funéraire ».

La police israélienne a pris d’assaut le campus de l’hôpital Saint-Joseph à Jérusalem-Est occupée et a dispersé une foule qui agitait des drapeaux palestiniens lorsque le corps du journaliste a été retiré de l’hôpital.

Des scènes diffusées par les chaînes de télévision locales montraient le corps d’Abu Aqila tombant presque au sol, tandis que des policiers israéliens dispersaient la foule.

La délégation de l’UE a ajouté qu’il s’agissait « d’un comportement disproportionné qui pourrait attiser les tensions ».

Aussi, Dimitr Tzanchev, l’ambassadeur de l’UE en Israël, a commenté sur Twitter, « J’ai été choqué par les scènes que j’ai vues aujourd’hui en marge des funérailles et l’usage disproportionné et inapproprié de la force lors des funérailles », soulignant que « le maintien de l’ordre public la commande peut être effectuée par d’autres moyens ».

    la source :
  • AFP