SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 September 2022, Thursday |

Washington : Nous ne tolérerons pas les activités cybernétiques agressives de l’Iran

Vendredi, le département américain du Trésor a imposé des sanctions au ministère iranien du Renseignement et de la Sécurité et à son ministre, les accusant d’être liés à une cyberattaque perpétrée en juillet contre l’Albanie et d’être impliqués dans des activités de piratage via Internet contre les États-Unis et leurs alliés.

Cette décision fait suite à la rupture des relations diplomatiques entre l’Albanie et l’Iran, mercredi, à la suite d’une cyberattaque menée en juillet et imputée à l’Iran, et à l’ordre donné aux diplomates et au personnel de l’ambassade d’Iran de quitter le pays dans les 24 heures.

Le Trésor américain a déclaré dans un communiqué que le ministère iranien du Renseignement et de la Sécurité dirige plusieurs réseaux contenant des éléments qui constituent une menace pour la cybersécurité sur Internet, notamment ceux qui ont participé à des attaques d’espionnage électronique et de ransomware en faveur du gouvernement iranien.

« Nous ne tolérerons pas les cyberactivités de plus en plus agressives de l’Iran », a déclaré Brian Nelson, sous-secrétaire au Trésor américain chargé du terrorisme et du renseignement financier, dans le communiqué.

Le ministère iranien du renseignement fait déjà l’objet de sanctions américaines.

Dans une déclaration, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a ajouté que l’Iran avait ignoré « les normes de conduite responsable des États en temps de paix en ce qui concerne le cyberespace ».

L’Iran a rejeté les sanctions comme étant inefficaces et politiquement motivées.

« Ces nouvelles sanctions, comme d’autres sanctions américaines illégales antérieures, ne représenteront pas le moindre obstacle à la détermination du personnel de sécurité du peuple iranien dans cette institution dont nous sommes fiers », a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanaani.

Les médias officiels iraniens ont cité Kanaani qui a déclaré : « L’annonce du soutien immédiat des États-Unis à la fausse accusation du gouvernement albanais contre l’Iran … montre clairement que le gouvernement américain a préparé ce scénario contre l’Iran. »

Microsoft, dont l’équipe de recherche en cybersécurité a enquêté sur l’incident, a déclaré dans un commentaire publié jeudi que la cyberattaque iranienne impliquait une combinaison de techniques d’espionnage numérique et de logiciels malveillants de récupération de données. Selon les chercheurs, l’objectif des attaquants était d’embarrasser les responsables du gouvernement albanais.

Les attaques de juillet ont temporairement perturbé les sites Web du gouvernement et d’autres services publics. Selon les analystes, l’opération visait à punir l’Albanie pour son soutien aux organisations iraniennes des Moudjahidines du peuple.

    la source :
  • Reuters