SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 20 September 2021, Monday |

Washington s’engage à réagir si la Russie arrête le transit de gaz par l’Ukraine

Amos Hochstein, conseiller principal du département d’État pour la sécurité énergétique, a déclaré que les États-Unis étaient prêts à utiliser des contre-mesures si la Russie arrêtait le transit de gaz par l’Ukraine.

S’exprimant aujourd’hui lors du forum YES Brainstorming à Kiev, la chancelière américaine a ajouté : « Nous avons annoncé avec les Allemands, dans une déclaration commune, que dans ce cas, certaines contre-mesures seront appliquées à l’encontre de la Russie.

Personne ne sera surpris ou surpris lorsque les États-Unis utiliseront ces mesures.

En d’autres termes, nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour que les Allemands soient préparés à un tel moment et que la Russie sache qu’elle devra payer le prix de l’arrêt du transit par l’Ukraine.  »

Auparavant, « Gazprom » a annoncé l’achèvement de la construction du gazoduc « North Stream-2 », d’une capacité de 55 milliards de mètres cubes par an.

Auparavant, le ministère russe des Affaires étrangères avait confirmé que Moscou était prête à continuer à transporter du gaz via l’Ukraine vers l’Europe, mais cela dépend de nombreux facteurs, dont le volume des achats européens à l’avenir.

En juillet dernier, l’Allemagne et les États-Unis ont publié une déclaration conjointe sur les mesures visant à soutenir l’Ukraine, la sécurité énergétique européenne et les objectifs communs de protection du climat.

Dans ce document, les deux parties ont annoncé qu’il était dans l’intérêt de l’Ukraine et de l’Europe de continuer à transporter du gaz russe à travers l’Ukraine après 2024.

Berlin a affirmé son engagement à utiliser tous les moyens à sa disposition pour faciliter la prolongation de 10 ans de l’accord de transport de gaz entre l’Ukraine et la Russie, y compris la nomination d’un envoyé spécial pour soutenir ces négociations, qui débutera au plus tard le 1er septembre 2021.

L’Allemagne s’est engagée à demander des sanctions contre la Russie si l’énergie est utilisée comme une arme contre les pays européens.