SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 24 October 2021, Sunday |

Washington tient ses premières discussions directes avec les talibans depuis leur retrait

Selon le département d’État, les États-Unis devraient entamer à partir de samedi leurs premiers entretiens directs avec les talibans depuis leur retrait d’Afghanistan.

Un porte-parole du département d’État a déclaré que la délégation américaine rencontrerait de hauts responsables talibans samedi et dimanche dans la capitale qatarie, Doha.

Et les États-Unis ont maintenu des canaux de communication avec les talibans depuis que le mouvement extrémiste a pris Kaboul en août, mais cette rencontre sera la première à avoir lieu directement.

« Nous ferons pression sur les talibans pour qu’ils respectent les droits de tous les Afghans, y compris des femmes et des filles, et qu’ils forment un gouvernement inclusif bénéficiant d’un large soutien », a ajouté le porte-parole vendredi.

« L’Afghanistan étant confronté à la possibilité d’une grave récession économique et d’une crise humanitaire potentielle, nous ferons également pression sur les talibans pour qu’ils autorisent les organismes d’aide à accéder librement aux zones ayant besoin d’assistance », a-t-il ajouté.

De plus, le département d’État a souligné que la réunion ne signifie pas que les États-Unis reconnaissent le pouvoir des talibans en Afghanistan.

« Nous restons clairs sur le fait que toute légitimité des talibans doit découler de leurs propres actions », a déclaré le porte-parole.

En outre, la délégation américaine fera également pression pour que la principale priorité de M. Biden soit de permettre aux citoyens américains et à leurs alliés afghans, qui ont participé à l’opération militaire de 20 ans, de quitter l’Afghanistan.

En effet, les États-Unis considèrent que les talibans ont coopéré dans une large mesure pour permettre aux citoyens américains de quitter le pays, mais une centaine d’Américains d’origine afghane, selon des responsables américains, hésitent encore sur la question du départ de l’Afghanistan.

Et les États-Unis reconnaissent qu’ils n’ont pas été en mesure de faire partir tous leurs alliés afghans qui le souhaitaient lors de l’opération de pont aérien qui a transporté des milliers de personnes de l’aéroport de Kaboul avant de se retirer du pays.

Le porte-parole n’a pas précisé l’identité des personnalités qui représenteront les deux parties lors de la rencontre prévue. De hauts responsables américains, dont le commandant du Central Command, le général Frank McKenzie, ont rencontré les talibans à Kaboul en août, où les forces américaines ont pris le contrôle de l’aéroport pour mettre en œuvre le pont aérien.