SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 November 2022, Monday |

Washington travaille pour aider les Iraniens à communiquer avec l’extérieur

Les rues iraniennes connaissent encore une vague de protestations pour la quatrième semaine consécutive, sur fond de meurtre de la jeune femme, Mahsa Amini, trois jours après son interpellation par la police des mœurs.

Vendredi, le secrétaire d’Etat américain Anthony Blinken a annoncé que Washington travaillait sur des solutions pour aider les manifestants iraniens à communiquer avec le monde extérieur.

Il a déclaré lors de sa rencontre avec des militants iraniens, à Washington, vendredi, que l’administration américaine travaille sur une licence qui autorise la fourniture d’une technologie qui permettrait aux Iraniens de communiquer entre eux et avec le monde extérieur, et de contourner le système fermeture d’Internet, sans donner plus de détails à ce sujet.

En outre, Blinken a renouvelé le soutien de son pays aux protestations populaires contre le régime iranien, évoquant les sanctions imposées par Washington contre les responsables de la répression des manifestations.

Le secrétaire d’Etat de Washington a également rappelé que les Etats-Unis avaient imposé des sanctions à la soi-disant « police religieuse » en Iran, qui a causé le meurtre de la jeune femme, Mahsa Amini, le 16 septembre dernier.

Il est à noter que depuis le déclenchement de manifestations généralisées le 16 septembre, suite au décès de la jeune femme kurde, Mahsa Amini, 3 jours après son arrestation par des membres de la soi-disant police religieuse, les autorités iraniennes ont par intermittence coupé Internet depuis les téléphones portables.

NetBlocks, l’organisme mondial de surveillance de la liberté d’Internet, a annoncé qu’une perturbation à grande échelle de l’accès à Internet a été observée en Iran depuis mercredi matin, coïncidant avec l’appel à des manifestations nationales.

La mort d’Amini a depuis alimenté la colère sur plusieurs questions, notamment les restrictions aux libertés individuelles et les règles strictes concernant l’habillement des femmes, ainsi que la crise économique et de vie à laquelle sont confrontés les Iraniens, sans parler des règles strictes imposées par le régime et sa structure politique en général.