SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 19 September 2021, Sunday |

Yémen… Batailles sanglantes près de Marib, tuant 65 personnes en 48 heures

65 membres des forces loyales au gouvernement yéménite et de la milice Houthi ont été abattus dans des combats autour de la ville yéménite de Marib au cours des dernières 48 heures, selon des sources militaires et médicales aujourd’hui, jeudi.

Un responsable des forces gouvernementales a déclaré, selon « AFP », que « 22 combattants pro-gouvernementaux ont été tués et 50 blessés, tandis que 43 Houthis ont été tués au cours des dernières 48 heures » dans les zones situées au sud de la ville de Marib.

Selon un responsable militaire, les combats, dont l’intensité avait considérablement diminué ces dernières semaines, ont repris il y a deux jours, les Houthis soutenus par l’Iran lançant des attaques contre les sites des forces gouvernementales. Les Houthis ont pu progresser dans les zones situées au sud de la ville, tandis que les sources indiquent que la plupart des Houthis ont été tués par des raids de la coalition.

Il convient de noter que la milice Houthi a intensifié sa campagne en février dernier pour avancer vers la ville de Marib, le dernier fortin de l’autorité internationalement reconnue dans le nord du pays embourbé dans la guerre, dans le but de mettre la main sur tout le nord du Yémen malgré les efforts des Nations Unies et de Washington pour arrêter la guerre.

Des centaines de personnes des deux côtés ont été tuées dans les batailles sanglantes, les Houthis cherchant sans relâche à contrôler la ville, située dans une province riche en pétrole, ce qui pourrait renforcer leur position dans d’éventuelles négociations futures.

Le conflit au Yémen, qui a éclaté en 2014, a fait des dizaines de milliers de morts et poussé près de 80 % de la population à dépendre des secours dans le cadre de la pire crise humanitaire au monde, selon les Nations unies. Il a également déplacé des millions de personnes et laissé un pays entier au bord de la famine.

Alors que les Nations unies et l’administration du président américain Joe Biden font pression pour mettre fin à la guerre, les Houthis exigent l’ouverture de l’aéroport de Sanaa, fermé depuis 2016 par l’Arabie saoudite, avant d’accepter un cessez-le-feu et de s’asseoir à la table des négociations.