SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 November 2022, Monday |

Zelensky: Les négociations avec les Russes se poursuivent pour « réaliser la paix »

Malgré sa difficulté, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a confirmé que les négociations avec les Russes se poursuivaient dans le but de parvenir à la sortie des forces russes et à la restauration du contrôle de toutes les terres du pays.

Dans une nouvelle vidéo, Zelensky a semblé s’adresser aux Ukrainiens, déclarant que le processus de négociation se poursuivait afin de « réaliser la paix ».

Il a également ajouté que ses priorités sont claires lors des pourparlers avec la partie russe, qui sont « la fin de la guerre, l’obtention de réelles garanties de sécurité pour son pays, et la restauration de la souveraineté et de l’intégrité territoriale ».

En outre, le président ukrainien a déclaré, s’adressant à ses citoyens:« Je veux que tout le monde m’entende.. les négociations se poursuivent au profit de l’Ukraine ».

Il est à noter que le quatrième cycle de négociations entre les Russes et les Ukrainiens a repris mardi dernier (15 mars 2022), à la lumière des batailles continues entre les deux parties, après trois sessions précédentes tenues au niveau de la délégation, la première le la frontière ukraino-biélorusse et les deux suivantes à la frontière polono-biélorusse.

Ces rounds n’ont pour l’instant abouti qu’à un cessez-le-feu temporaire dans plusieurs grandes villes, dont Kiev, dans le but d’évacuer les civils bloqués.Cependant, cette trêve intermittente a connu plusieurs violations, alors que les deux parties ont mis en cause ces derniers jours.

Mais Kiev et les pays occidentaux qui la soutiennent comptent sur ces cycles de dialogue pour aboutir à un armistice permanent, qui aboutira plus tard à une solution qui établirait la paix entre les deux parties.

A noter que le Kremlin a souligné plus d’une fois, et le président russe Vladimir Poutine l’a répété hier mercredi, qu’il ne reculera pas devant la réalisation des objectifs de l’opération militaire qu’il a lancée le 24 février, qui est de dépouiller Kiev de son arme qualitative, que Moscou considère comme une menace pour sa sécurité, et stopper l’expansion de l’OTAN à l’Est de l’Europe.

En plus d’arrêter les efforts ukrainiens pour y adhérer également, ce qui conduit de nombreux observateurs à ne pas espérer un consensus rapide entre les deux pays. Malgré le fait qu’hier, plusieurs rapports indiquaient qu’un accord avait été trouvé sur un certain nombre de points entre les deux parties, y compris la question de la « neutralité » de l’Ukraine.