SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 October 2021, Thursday |

À partir de jeudi, cet hôpital ne pourra pas continuer

Dans une déclaration aux résidents, « l’hôpital gouvernemental Al-Shahar Al-Gharbi » a annoncé : « Compte tenu de la crise économique et sociale vécue par le personnel de l’hôpital en particulier, et compte tenu du non-paiement de nos droits financiers de la série des salaires et des traitements et son effet rétroactif il ya 4 ans, de sorte que le salaire mensuel n’est plus suffisant pour plus de 5 jours au plus tard, en plus de l’incapacité des employés à assurer le carburant pour atteindre leurs lieux de travail, malgré le fait que les employés des hôpitaux gouvernementaux sont les seuls qui ont continué leur travail dans toutes les conditions de sécurité et les épidémies que les institutions ont traversé et certaines de ces institutions ont cessé de travaillerà l’exception de ces « moudjahidines » dans le secteur de la santé qui n’ont pas été absents de leur lieu de travail, comme ce qui est arrivé dans les administrations et institutions publiques et privées depuis le 17 octobre 2019. »

La déclaration a continué « pendant les périodes de fermeture après l’arrivée de la pandémie de Corona, ils ont été la première ligne de défense face à cette pandémie, sur la base de la cessation administrative du travail depuis 16/6/2021, et d’informer les fonctionnaires et les personnes concernées sans toucher une réponse rapide pour répondre à leurs conditions de vie, nous nous excusons auprès de nos chers parents, déclarant que nous et dans tous les départements infirmiers et administratifs, de notre incapacité à continuer à fournir des services de santé à partir de jeudi matin 15/7/2021, et nous ne serons pas en mesure de recevoir tout patient, sauf pour les patients avec la dialyse, les cas cardiaques, les opérations d’urgence et les accidents de la circulation. »

La déclaration a adressé « toutes les personnes concernées par les demandes suivantes pour se remettre au travail à l’hôpital :

-Le paiement de nos cotisations et leur effet rétroactif.

-Fournir une contribution financière immédiate du ministère de la Santé publique au profit de « l’hôpital gouvernemental Al-Shahar Al-Gharbi, couvrant l’effet rétroactif du salaire et de la chaîne salariale pour les quatre dernières années.

-Accélérer l’adoption d’un projet de loi visant à inclure les employés des hôpitaux gouvernementaux dans les administrations publiques.

-Augmenter la valeur de l’indemnité de transport et verser une indemnité de coût de la vie aux employés des hôpitaux afin qu’ils puissent continuer à fournir les besoins les plus élémentaires de la vie. »