SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 December 2022, Saturday |

Abou Faour : Nous continuons à soutenir la candidature du député Michel Mouawad à la présidence

Le chef du parti « Forces libanaises », Samir Geagea, a rencontré à Maarab, le membre du bloc « Rassemblement démocratique », le député Wael Abu Faour, délégué par le chef du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt, en présence d’un membre du bloc « République forte », le député Melhem Riachy.

Après la réunion, Abou Faour a qualifié cette session consultative d’utile et de utile avec Geagea, soulignant le maintien de leur position positive et responsable en soutenant la nomination du député Michel Mouawad à la présidence.

Il a ajouté : « Malheureusement, il ne semble pas qu’il y ait une dynamique positive similaire de l’autre côté, et il est clair que l’équipe du 8 mars, à l’exception du président du Parlement Nabih Berri, essaie d’éviter ses conflits internes en allant à nouveau vers le papier blanc. Mais je ne pense pas que cette question soit utile, mais plutôt qu’elle alourdisse la vie des citoyens libanais, car il est clair qu’il n’y a pas d’autre issue à la crise économique et sociale que de restaurer la structure de l’État, en commençant par l’élection d’un nouveau président de la république et en lançant un véritable projet de réforme. »

Abou Faour, qui a estimé que « la seule initiative positive qui a eu lieu est l’appel au dialogue lancé par le président du Parlement Berri, mais il n’a pas connu une réponse positive avec certains blocs parlementaires », a affirmé que « le président du Parlement cherchait à essayer de mener un dialogue rapide et gracieux pour obtenir deux ou trois noms à la présidence, mais cette expérience n’a pas abouti ».

Il espère « compléter les dialogues dans un cadre bilatéral ou tripartite ou de toute autre manière afin de parvenir à obtenir certains noms ». Abou Faour a ajouté : « Jusqu’à présent, il n’y a pas de noms de ce genre sur la table, donc peut-être que la session de demain sera une répétition des précédentes. Mais je pense que la possibilité d’élire Mouawad augmente, même si c’est lentement. À partir de là, nous attendons toute initiative ou tout dynamisme positif de la part de l’autre camp, qui jusqu’à ce moment semble indisponible. »