SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 May 2022, Sunday |

Abu Charaf: c’est une première étape avant de se diriger vers une grève générale

Un certain nombre de comités médicaux de la Bekaa ont organisé un sit in pendant une heure, pour protester contre le retard de l’État à payer les cotisations des médecins pendant plus d’un an, car ils reçoivent maintenat les cotisations 2019.
Face à cette action, le chef du syndicat des médecins libanais à Beyrouth, le professeur Charaf Abu Charaf, a publié une déclaration montrant la pleine solidarité du syndicat avec eux, notant qu’il s’agit d’une première étape avant de se diriger vers une grève générale.

La déclaration a souligné: «Ces cotisations sont le droit des médecins qui travaillent pour des tarifs bas payés après un ou deux ans après avoir terminé le travail médical, de sorte qu’ils sont devenus comme s’ils travaillaient presque gratuitement.Cela ne les motive pas à rester et pousse ceux qui ont la possibilité à émigrer.

Abu Charaf a expliqué que le syndicat appelait depuis des années, à augmenter le tarif et à le lier à l’indice du coût de la vie, et à payer directement au médecin et non par l’intermédiaire de l’hôpital ou des comités médicaux, et dans un court laps de temps qui ne dépasse pas trois mois.

Le communiqué poursuit: « Par conséquent, si les choses continuent dans cet état, les médecins cesseront de travailler et auront recours à l’immigration, compte tenu du fait qu’ils ne reçoivent pas le moindre droit,sachant qu’il n’y a pas de loi les protégeant s’ils sont soumis à des violences. Par conséquent, l’État doit agir rapidement. Le Conseil syndical revoit avec chacun des ministères de la santé, des finances, du travail, de la sécurité sociale et des agences de sécurité, et seules des promesses sont reçues dans cette situation de crise.

Abu Charaf a conclu: « Il est vrai que la médecine est une profession à mission humanitaire, mais comme toutes les autres professions, il y a un minimum, quie est le fait de fournir les nécessités d’une vie décente pour assurer la continuité et préserver la dignité. »