SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 25 September 2022, Sunday |

Ajaka à SBI: Les raisons derrière l’augmentation du dollar

Oumeima Chamseddine
A A A
Imprimer

L’économiste Jassem Ajaka a déclaré dans une interview avec Sawt Beirut International que l’incertitude politique après le changement dans le rapport de force dans le nouveau parlement, et la crainte que ces nouvelles forces s’accordent sur l’approche économique et politique ont conduit à une hausse du taux de change du dollar, en plus de parler de la possibilité que la Banque du Liban suspende le travail de généralisation 161 à la demande du gouvernement, ce qui a conduit à la crainte du manque de dollars sur le marché.

Cela a été exploité par certains commerçants et caissiers qui spéculent sur la livre libanaise.

Sur la façon de freiner la hausse du dollar, Ajaka a souligné que cela se fait en activant la censure par les agences de l’État.

Notant qu’il y a une pénurie importante de monnaie dollar, il a déclaré que les nouveaux députés devraient accélérer la reprise économique par des réformes et une législation.

Ajaka a déclaré que le changement dans le débat parlementaire soulève de nombreuses questions sur la façon dont il fonctionnera et les scénarios proposés à l’avenir, notant que ce sont les scénarios politiques qui déterminent les choses, et non les scénarios économiques qui seront le résultat de scénarios politiques.

Il a déclaré« Le retard dans la formation d’un gouvernement se reflétera dans les négociations avec le FMI, de sorte que la situation va empirer sur le front économique, c’est-à-dire que nous sommes dans une campagne d’épuisement très important des dollars ».

Le deuxième scénario négatif possible, selon une précipitation, est le désaccord entre l’équilibre des nouveaux pouvoirs au parlement sur le traitement économique, ce qui retardera l’adoption des lois exigées par le FMI, ce qui aggravera également la situation économique et augmentera le taux de change.

Il a souligné que le scénario politique possible positif, qui est l’accord au parlement pour former un gouvernement capable de suivre la législation requise par le FMI et de s’entendre sur le traitement économique, a souligné que s’il n’y a pas d’accord, il y aura un processus d’attrition qui se reflétera sur la hausse du taux de change et des prix de tous les biens.